NOUVELLES

Jordanie: élections législatives le 23 janvier (commission électorale)

16/10/2012 09:26 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

Des élections législatives auront lieu le 23 janvier en Jordanie, a annoncé mardi la commission électorale indépendante dans un communiqué.

"Conformément à un décret royal sur la tenue de prochaines élections législatives, la commission électorale indépendante a fixé au 23 janvier la date du scrutin", a indiqué le communiqué, publié par l'agence de presse officielle Pétra.

"Les candidats à la prochaine chambre doivent s'enregistrer à partir du 22 décembre et les fonctionnaires qui souhaitent se présenter à ces élections doivent démissionner de leur poste avant le 22 octobre", a indiqué encore la commission.

Le roi Abdallah II a dissous début octobre le Parlement et convoqué des élections anticipées. Il a dit souhaiter que le scrutin se tienne avant la fin de l'année.

Plus de deux millions d'électeurs se sont inscrits pour ces législatives, a annoncé lundi la commission électorale.

La Jordanie compte 6,7 millions d'habitants, dont 3,1 millions d'électeurs potentiels, selon cette commission.

Les Frères musulmans, principale force politique de l'opposition, ont réaffirmé samedi leur décision de boycotter ce scrutin.

"La position de notre mouvement n'a pas changé", a déclaré mardi à l'AFP Jamil Abou Baker, porte-parole de la confrérie, affirmant que les réformes réclamées par son groupe n'ont pas été satisfaites.

"L'annonce de la commission électorale ne nous affecte pas tant que la loi électorale n'aura pas été modifiée", a-t-il ajouté.

La confrérie réclame la révision du système électoral qui privilégie, selon elle, les régions rurales, considérées comme loyales au gouvernement, dont les partisans dominent le Parlement.

Elle réclame aussi un système parlementaire dans lequel le Premier ministre serait issu de la majorité du Parlement et non plus nommé par le roi.

Dans un entretien à l'AFP le 12 septembre, le souverain jordanien a estimé que le boycott des islamistes était une "énorme erreur de calcul".

Le 10 octobre, le roi avait désigné un vétéran de la politique jordanienne, Abdallah Nsour, comme Premier ministre après la démission de Fayez Tarawneh et de son gouvernement.

Dans sa lettre de désignation, le roi Abdallah II a appelé notamment M. Nsour à coopérer avec la Commission électorale indépendante pour qu'une "chambre exprimant la volonté authentique du peuple, et ses aspirations à un avenir meilleur, soit élue".

Le souverain a aussi exhorté M. Nsour à "poursuivre le dialogue avec toutes les composantes de la société, des partis et des forces politiques pour les encourager à participer activement aux élections".

Le royaume est touché depuis janvier 2011 par des manifestations, petites mais régulières, dans la foulée du Printemps arabe.

akh/hj/feb

PLUS:afp