NOUVELLES

Irak: la condamnation de l'ex-président de la commission électorale annulée

16/10/2012 07:10 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

La justice irakienne a annulé en appel mardi une condamnation à un an de prison avec sursis pour corruption de l'ex-président de la commission électorale irakienne (IHEC), Faraj al-Haïdari, et de deux autres anciens membres de la commission, a annoncé l'ex-responsable à l'AFP.

"Nous avons été informés par la justice que la cour d'appel fédérale avait annulé le verdict et toutes les mesures qui avaient été prises contre nous", a déclaré Faraj al-Haïdari.

"C'est une décision finale", a-t-il ajouté.

Le porte-parole de la Justice Abdelsattar Bayraqdar n'a pas donné suite aux multiples appels de l'AFP pour commenter cette information, mais un diplomate suivant cette affaire a confirmé les propos de M. Haïdari.

M. Haïdari et deux autres membres de la IHEC avaient été condamnés le 28 août à un an de prison avec sursis par la cour pénale de Roussafa, à Bagdad. Cette peine entraînait la radiation à vie des trois hommes de la fonction publique.

MM. Haïdari, Karim al-Tamimi et Oussama al-Ani avaient été arrêtés en avril. La justice leur reprochait d'avoir offert une prime de 150.000 dinars (130 dollars) à un employé du cadastre pour qu'il enregistre des terrains à leurs noms.

M. Haïdari avait plaidé la bonne foi, assurant que la transaction avait été effectuée dans le plein respect de la loi.

A la tête de l'IHEC depuis 2007, M. Haïdari est la bête noire de la liste de l'Etat de droit du Premier ministre Nouri al-Maliki car il avait refusé lors des législatives de 2010 le nouveau décompte des voix dans tout le pays que réclamait M. Maliki, alors Premier ministre sortant.

ak/psr/cco/sw

PLUS:afp