NOUVELLES

Espagne: procès du Prestige, à l'origine d'une des pires marées noires d'Europe

16/10/2012 06:02 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

MADRID - Le procès de quatre responsables présumés de la catastrophe du pétrolier «Le Prestige», dont le naufrage en 2002 avait provoqué l'une des plus graves marées noires d'Europe, a débuté mardi à La Corogne, dans le nord-ouest de l'Espagne.

Le capitaine grec du bateau, Apostolos Mangouras, 77 ans, son premier officier et l'ancien directeur général de la Marine marchande doivent comparaître. Le quatrième accusé, un officier de marine, est jugé par contumace, la justice ignorant où il se trouve. Tous quatre encourent entre quatre et 12 ans de prison pour crimes contre l'environnement. Le procès devrait durer huit mois.

Le 13 novembre 2002, le «Prestige», un pétrolier libérien à simple coque, vieux de 26 ans et battant pavillon des Bahamas, subissait une avarie près du port espagnol de La Corogne, au large du Cap Finisterre. Il déversait quelque 64 000 tonnes de fioul au large de la Galice, détruisant une grande partie de la vie aquatique.

La responsabilité civile du propriétaire libérien du pétrolier, Mare Shipping, est également mise en cause, ainsi que celles de la compagnie d'assurance britannique The London Steam-Ship Owners Mutual Insurance Association Limited, et le Fonds international de compensation des pollutions pétrolières (IOPC).

En revanche, le tribunal pénal de La Corogne ne jugera ni l'armateur grec, ni l'affréteur suisse, lui-même filiale d'un conglomérat russe aujourd'hui disparu. Autant dire que l'écheveau des responsabilités risque fort de rester longtemps emmêlé.

Une vingtaine de collectivités françaises du littoral atlantique victimes de la marée noire, tout comme des côtes portugaises, se sont portées parties civiles au procès mais reconnaissent ne pas nourrir grand espoir sur l'issue de la procédure.

Le gouvernement espagnol du conservateur José Maria Aznar avait été très critiqué en 2002 pour avoir ordonné le remorquage du pétrolier en difficulté vers le large, afin de l'éloigner des côtes espagnoles. C'est là que, six jours après le naufrage, le 19 novembre, le cargo se brisait en deux et sombrait à 240 kilomètres des côtes.

Dans les semaines et mois qui suivirent, le «Prestige» déversa presque deux fois plus de pétrole dans la mer que l'Exxon Valdez en Alaska en 1989.

Cette marée noire — la plus grave subie par l'Espagne — détruisit une grande partie de la vie aquatique dans ce secteur qui comprend des fonds marins parmi les plus riches en poissons au monde. La pêche a été interdite durant trois mois et l'industrie touristique a été durement affectée en raison des nombreuses plages souillées.

Selon les estimations, le nettoyage et les pertes pour le secteur de la pêche s'élevaient à huit milliards d'euros sur dix ans.

PLUS:pc