NOUVELLES

Deuxième débat sous haute tension entre Obama et Romney

16/10/2012 10:08 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

Barack Obama et Mitt Romney se sont affrontés pied à pied mardi soir lors de leur deuxième débat, marqué par de vifs échanges, sur la politique énergétique ou la dette, et une attitude bien plus combative du président sortant que lors du premier rendez-vous.

M. Obama, de toute évidence décidé à remporter cet affrontement pour reprendre l'avantage sur son adversaire républicain, a accusé l'ancien gouverneur du Massachusetts de ne vouloir favoriser que les plus riches.

"Le gouverneur Romney dit qu'il a un programme en cinq points, il n'a pas de programme en cinq points, son programme tient en un point: s'assurer que les plus aisés puissent jouer avec des règles différentes", s'est écrié M. Obama.

"Cela a été sa philosophie dans le secteur privé, cela a été sa philosophie comme gouverneur et cela a été sa philosophie comme candidat à la présidentielle", a attaqué le président sortant.

"Vous pouvez délocaliser des emplois à l'étranger et obtenir des exemptions d'impôts pour cela. Vous pouvez investir dans une entreprise, licencier ses employés et les dépouiller de leurs retraites: c'est exactement la philosophie de la dernière décennie, c'est ce qui a étranglé les familles de la classe moyenne", a encore dit le président Obama.

La tension est montée encore plus haut lorsque les deux candidats ont tenté de faire valoir leurs arguments sur la politique énergétique. M. Obama a accusé son adversaire de vouloir laisser les compagnies pétrolières "écrire la politique énergétique" des Etats-Unis. Tous deux se sont mutuellement interrompus une demi-douzaine de fois.

"Ce n'est pas vrai, gouverneur Romney", a affirmé M. Obama, alors que M. Romney lui reprochait d'avoir mis des embûches à l'exploitation pétrolière sur les terrains publics.

Lors d'un autre échange, consacré à la politique fiscale, M. Romney a accusé le président de mener le pays sur "la route de la Grèce", et a critiqué M. Obama pour les quatre années budgétaires à plus de 1.000 milliards de dollars de déficit qui sont passées depuis que M. Obama est au pouvoir.

"Nous avons eu quatre années consécutives au cours desquelles il a dit (...) qu'il réduirait de moitié le déficit, au lieu de cela il l'a doublé. Nous sommes passés d'une dette nationale de 7.000 milliards de dollars à une dette nationale de 16.000 milliards de dollars. Cela nous met sur la route de la Grèce", a lancé M. Romney.

Le président démocrate sortant, cravate rouge, et l'ancien gouverneur, cravate bleu rayé, s'étaient retrouvés à 21H00 (01H00 GMT mercredi) à l'université Hofstra à Hempstead (Etat de New York, est) pour ce rendez-vous de 90 minutes lors duquel ils répondaient aux questions venues d'un groupe de 82 électeurs indécis.

M. Obama était sous pression après le débat du 3 octobre où il avait été dominé par son adversaire. A trois semaines de la présidentielle du 6 novembre, M. Romney devait de son côté convaincre les Américains de lui donner les clés de la Maison Blanche pour les quatre ans qui viennent.

Les membres du public avaient l'occasion de poser aussi bien des questions de politique intérieure que de politique étrangère. Ce débat était modéré par une journaliste de CNN, Candy Crowley, qui couvre la politique depuis 25 ans.

Après son premier débat raté, où il avait semblé surtout pressé d'en finir, M. Obama est apparu bien plus énergique, marquant son désaccord à plusieurs reprises face à son adversaire, sans se départir d'un léger sourire.

Depuis le débat de Denver (Colorado, ouest), M. Obama, qui dominait dans les sondages depuis début septembre, a décroché.

La livraison quotidienne de l'enquête Gallup sur sept jours mardi accordait quatre points d'avance à M. Romney parmi les électeurs les plus susceptibles de se déplacer.

Du coup, la moyenne des sondages nationaux réalisée par le site RealClearPolitics penchait légèrement en faveur du républicain.

M. Obama est encore en avance dans certains Etats-clés indispensables à M. Romney, mais un nouveau revers mardi soir pourrait être difficile à surmonter. Un dernier débat est prévu en Floride (sud-est) lundi.

Après le débat de mardi, MM. Obama et Romney repartiront immédiatement en campagne, le premier dans l'Iowa (centre) et l'Ohio (nord), le deuxième en Virginie (est).

bur-tq/jca

PLUS:afp