NOUVELLES

Des personnalités publiques soutiennent l'opposition à Keystone XL

16/10/2012 04:46 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

VANCOUVER - Des personnalités fort connues pourraient se rendre à Victoria, en Colombie-Britannique, le 22 octobre prochain, pour exprimer leur opposition aux projets de pipelines et aux superpétroliers sur la côte ouest du Canada.

Des organisations environnementales, dont Greenpeace, organisent cette-journée-là un sit-in qui est endossé notamment par Daryl Hannah, Michael Moore et Ellen Page, dont les participations à l'événement n'ont toutefois pas été confirmées.

Parmi les sympathisants de l'événement, Greenpeace nomme également Mark Ruffalo, Pamela Anderson, Peter Keleghan et Tantoo Cardinal.

L’actrice Daryl Hannah, que le public a notamment pu voir dans Tuer Bill et Blade Runner, dit assister à «une vive résistance à la portion sud de l’oléoduc de Keystone XL de la part des grands éleveurs et des propriétaires de fermes et de terres situées tout le long de sa route dévastatrice». Elle compare la situation canadienne à celle observée dans les États «touchés par la portion nord projetée de Keystone XL». Hannah a été arrêtée le 4 octobre dernier au Texas pour avoir obstrué la construction en cours du pipeline Keystone XL.

Elle se dit «solidaire» de ses voisins du nord qui se rassemblent à Victoria pour défendre la côte et s’opposer «avec sagesse» à la «menace également toxique et destructrice que présentent le projet de pipelines de sables bitumineux Northern Gateway d’Enbridge et celui de Kinder Morgan».

Greenpeace indique que plus de 3000 personnes ont signé en ligne un engagement à participer au sit-in de Défendons la côte Ouest devant l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique. Nombre de ces signataires risquent d’être arrêtés pendant l'événement.

Greenpeace dit vouloir «passer le message» au premier ministre Stephen Harper et à la première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, que «la côte du Canada n’est pas à vendre». L'organisme ajoute souhaiter «exprimer clairement» son opposition aux pipelines de sables bitumineux et aux superpétroliers sur la côte canadienne.

Le projet Keystone XL, évalué à 7 milliards $, est piloté par l'entreprise canadienne TransCanada, et vise à faciliter le transport de pétrole des sables bitumineux albertains aux raffineries texanes. Kinder Morgan souhaite quant à elle procéder à l'expansion de l'oléoduc Trans Mountain, tandis qu'Enbridge propose l'oléoduc Northern Gateway, qui doit relier des sites d'exploitation de sables bitumineux en Alberta à des sites portuaires en Colombie-Britannique, pour fins d'exportation du pétrole.

«Les pipelines de sables bitumineux sont une folie», estime l’acteur Mark Ruffalo, qu'on aperçoit dans les films Les Avengers et Shutter Island. «Tandis que le monde s’éloigne inévitablement des combustibles fossiles, un petit groupe d’entreprises tient obstinément à accélérer les changements climatiques au moyen du plus grand accaparement de terres et de la pire violation des droits de propriété de l’histoire.»

L'acteur suggère d'utiliser le vent, l’eau et le soleil «pour être réellement indépendants sur le plan énergétique».

«Il faut que nous nous débarrassions du paradigme dépassé et archaïque des combustibles fossiles qui continue de bafouer les droits des Premières Nations et des propriétaires fonciers, et qui détruit l’eau douce, l’air et les terres agricoles.»

En août 2011, des sit-in ont eu lieu à Washington, dans le district de Colombia, pour retarder l’approbation du pipeline Keystone XL. Un autre sit-in, organisé le 26 septembre 2011 à Ottawa, a contribué à mettre les projets d’oléoducs de sables bitumineux canadiens sous les projecteurs.

«Il y a une raison pour laquelle les Américains appellent Stephen Harper le "Bush du nord". Il est une filiale à part entière des grandes sociétés pétrolières et il essaie d’importer tout ce qu’il a de pire des États-Unis et de se débarrasser de ce qu’il y a de mieux au Canada», a déploré le réalisateur oscarisé Michael Moore.

«Le président Obama a écouté la voix des gens qui ont manifesté à Washington DC et il a dit non au pipeline Keystone XL. Il est maintenant temps que la population canadienne fasse la même chose à Victoria le 22 octobre et qu’elle force Stephen Harper et Christy Clark à écouter quelqu’un d’autre que les sociétés pétrolières, dont ils reçoivent des dons.»

PLUS:pc