NOUVELLES

Cuba: Washington salue la fin du permis de sortie pour voyager à l'étranger

16/10/2012 02:50 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

Les Etats-Unis ont salué mardi la décision de Cuba de mettre fin au permis de sortie obligatoire pour les Cubains voulant voyager à l'étranger, considérant que la liberté de circuler faisait partie des droits de l'homme.

"Nous saluons évidemment toute réforme qui permette aux Cubains de quitter leur pays et d'y revenir librement", a déclaré la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland. A ses yeux, la réforme annoncée par Cuba est en "cohérence avec la déclaration universelle des droits de l'homme qui dispose que tout le monde doit avoir le droit de quitter n'importe quel pays --y compris le sien-- et de pouvoir y retourner, de pouvoir aller et venir".

Les Cubains n'auront plus besoin à partir du 14 janvier que d'un simple passeport pour voyager à l'étranger, après la disparition du permis de sortie obligatoire dans le cadre d'une très attendue réforme de la loi migratoire annoncée mardi par le gouvernement cubain.

"Nous ne nous privons pas, dans nos commentaires en public et en privé sur Cuba, de dire que nous voulons que les droits de l'homme du peuple cubain soient respectés", a ajouté Mme Nuland. Cette mesure prise par La Havane est "certainement un pas (en avant) mais nous attendons des informations complémentaires d'ici à son application le 14 janvier", a encore dit la porte-parole de la diplomatie américaine.

Avec l'assouplisement des voyages à l'étranger, La Havane ouvre une nouvelle page de sa politique d'émigration marquée depuis l'avènement de la Révolution cubaine en 1959 par son antagonisme avec les Etats-Unis. Quelque deux millions de Cubains ont émigré depuis un demi-siècle, en diverses vagues et pour diverses raisons, pour une population qui compte aujourd'hui 11,2 millions d'habitants.

Près de 80% d'entre eux sont partis aux Etats-Unis, particulièrement en Floride, à 150 kilomètres au nord de Cuba.

"Evidemment, nous avons besoin de voir comment cela va affecter le flux des voyages. Nous continuons évidemment d'exhorter les familles cubaines à utiliser les outils légaux de regroupement familial et les autres mécanismes d'immigration déjà existants", a conclu Mme Nuland.

nr/mdm

PLUS:afp