NOUVELLES

Au pied du mur, Obama est voué à mettre Romney en difficulté au 2e débat

16/10/2012 11:24 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

Barack Obama va devoir s'avérer aussi "solide, passionné et énergique" que le promet son équipe pour reprendre l'avantage sur son adversaire Mitt Romney lors de leur débat mardi soir, après une première prestation ratée qui lui a coûté son avance dans les sondages.

A trois semaines jour pour jour de la présidentielle du 6 novembre, le républicain devra de son côté contenir l'offensive que lui annonce le camp démocrate, tout en convainquant des dizaines de millions d'Américains qu'il est mieux qualifié que le sortant pour les diriger pendant les quatre prochaines années.

MM. Obama et Romney se retrouveront sur la scène de l'université Hofstra à Hempstead, à 40 kilomètres à l'est de New York, à 21H00 (01H00 GMT mercredi) pendant 90 minutes, dans un format différent de celui du 3 octobre à Denver (Colorado, ouest): les 80 membres du public, des électeurs indécis, poseront des questions.

Les collaborateurs de Barack Obama ont juré que ce dernier s'emploierait à faire oublier le président sans ressort dominé il y a deux semaines lors du premier rendez-vous.

"Je pense que vous verrez une prestation exceptionnellement solide ce soir de la part du président", a assuré mardi Robert Gibbs, consultant pour la campagne démocrate et ancien porte-parole de la Maison Blanche. "Vous verrez quelqu'un qui sera solide, passionné et énergique", a-t-il insisté sur MSNBC.

Les proches de M. Romney ont tenté d'atténuer la pression sur leur candidat. "Le président Obama passera une meilleure soirée que la dernière fois", a affirmé à l'AFP Ryan Williams, porte-parole de la campagne, en disant s'attendre à "un président plus agressif".

Politique étrangère et questions intérieures seront abordées à Hofstra. M. Romney devrait attaquer encore le président sur la Libye, après l'attentat du 11 septembre contre le consulat de Benghazi, dans lequel a péri notamment l'ambassadeur.

La secrétaire d'Etat Hillary Clinton a dédouané Barack Obama lundi soir en affirmant qu'elle "assumait la responsabilité" des conséquences de cette attaque, qui a provoqué une tempête politique aux Etats-Unis.

Son époux, l'ancien président démocrate Bill Clinton, est lui aussi venu à l'aide de M. Obama mardi matin.

Dans une nouvelle vidéo pédagogique, il affirme que le projet de budget de M. Romney, sa mesure vedette, se traduira par une baisse des impôts des 1% des Américains les plus riches, et une hausse de la pression fiscale sur la classe moyenne. Il y exhorte les Américains à préférer "l'arithmétique aux illusions".

De son côté, M. Romney a reçu le soutien du milliardaire Ross Perot, le troisième homme de la présidentielle de 1992, qui avait obtenu 19% des voix, et de l'avis des républicains, avait favorisé ainsi la victoire de M. Clinton sur le sortant George Bush senior. Selon M. Perot, 82 ans, M. Romney a "l'expérience, l'intelligence et l'intégrité nécessaires pour remettre la situation sur les rails".

Après Denver, M. Obama, qui dominait les sondages depuis début septembre, a subi un décrochage dans les intentions de vote. Mardi matin, la moyenne des sondages du site RealClearPolitics montrait une égalité quasi-parfaite entre les deux candidats.

Si M. Obama jouit encore d'une avance dans des Etats-clé comme l'Ohio dont M. Romney a besoin pour s'imposer, un nouveau revers pour le président mardi soir pourrait s'avérer difficile à surmonter. Un dernier débat est prévu en Floride (sud-est) lundi prochain.

Après s'être isolé avec ses conseillers pendant trois jours dans un complexe hôtelier de Williamsburg en Virginie (est), M. Obama était attendu à Hofstra mardi en début d'après-midi. Mitt Romney est quant à lui arrivé en début de matinée près de Hempstead, à l'issue de deux jours dans sa résidence du Massachusetts.

Après le débat, animé par la journaliste de CNN Candy Crowley, MM. Obama et Romney repartiront en campagne: mercredi, M. Obama sera attendu dans l'Iowa (centre) et l'Ohio (nord), deux parmi la dizaine d'Etats pouvant faire basculer l'élection le soir du 6 novembre. M. Romney a prévu de se rendre dans un autre territoire stratégique, la Virginie.

bur-col-ico-tq/are

PLUS:afp