NOUVELLES

Au pied du mur, Obama condamné à mettre Romney en difficulté au 2e débat

16/10/2012 05:16 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

Barack Obama devait impérativement mardi soir se montrer "solide et passionné" lors du deuxième débat présidentiel, pour espérer reprendre l'ascendant sur le républicain Mitt Romney avec lequel il est désormais à égalité dans les sondages.

A trois semaines de la présidentielle du 6 novembre, M. Romney était lui déterminé à confirmer sa bonne prestation du premier débat du 3 octobre, durant lequel il a dominé M. Obama, pour convaincre les Américains de lui donner les clés de la Maison Blanche pour les quatre ans qui viennent.

Lors du débat, sur le campus de l'université d'Hofstra à quelque 40 km de New York, les questions de politique intérieure et étrangère devaient être posées par le public, composé de 82 électeurs indécis. La première est revenue par tirage au sort à M. Romney.

Le débat devait être modéré par une journaliste de CNN, Candy Crowley, qui couvre la politique depuis 25 ans.

Dans ce genre de débat, la forme peut parfois l'emporter sur le fond, et l'imprévu est toujours possible. La gestuelle des candidats était assurée d'être regardée à la loupe, tout comme leur capacité à entrer en interaction avec le public.

Après son premier débat raté, où il avait semblé surtout pressé d'en finir, M. Obama a passé trois jours à s'y préparer, retranché avec ses conseillers.

"Je me sens très bien", a-t-il dit à des journalistes mardi matin. Il s'est ensuite rendu en début d'après-midi sur le campus d'Hofstra pour visiter la salle du débat, avant de passer encore une heure à s'y préparer.

Et avant même le face-à-face prévu à 21H00 (01H00 GMT) le sénateur John Kerry, qui a aidé à la préparation du président, est venu parler à la presse, attaquant violemment Mitt Romney sur son bilan de gouverneur du Massachusetts, qu'il a qualifié de "vaste blague".

Barack Obama "est très impatient de parler aux Américains de sa vision pour les quatre ans qui viennent", a-t-il souligné.

Et anticipant une éventuelle attaque de M. Romney sur le dossier libyen, après l'attentat du 11 septembre contre le consulat des Etats-Unis à Benghazi dans lequel a notamment été tué l'ambassadeur américain Chris Stevens, il a estimé que c'était "une honte" de vouloir en faire un "jeu" politique.

Le directeur de campagne de M. Obama, Jim Messina, est également passé pour rappeler que le camp du président avait "toujours dit que la course serait serrée" et que le débat servirait à montrer "la différence" entre le "plan" des deux candidats.

Mitt Romney, qui s'est préparé pendant deux jours au débat, est passé également mardi après-midi à Hofstra voir la salle, avant d'aller dîner avec sa femme Ann et leurs cinq fils.

Les deux hommes doivent débattre pendant 90 minutes.

"Je pense que vous verrez une prestation exceptionnellement solide ce soir de la part du président", a assuré Robert Gibbs, consultant pour la campagne démocrate, promettant un Barack Obama "passionné et énergique".

Côté républicain, le porte-parole de M. Romney, Ryan Williams, a estimé que M. Obama devrait avoir "une meilleure nuit que celle du premier débat". Il a déclaré à l'AFP qu'il s'attendait à "un président plus agressif".

M. Obama devrait insister sur les progrès de l'économie et un chômage passé pour la première fois en quatre ans sous la barre des 8%. M. Romney devrait attaquer encore le président sur la Libye.

Lundi soir, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a dédouané Barack Obama, affirmant qu'elle "assumait la responsabilité" des conséquences de l'attaque qui a provoqué une tempête politique aux Etats-Unis.

Depuis le débat de Denver (Colorado, ouest), M. Obama, qui dominait dans les sondages depuis début septembre, a décroché.

La livraison quotidienne de l'enquête Gallup sur sept jours mardi accordait quatre points d'avance à M. Romney parmi les électeurs les plus susceptibles de se déplacer.

Du coup, la moyenne des sondages nationaux réalisée par le site RealClearPolitics penchait légèrement en faveur du républicain.

M. Obama est encore en avance dans certains Etats-clés indispensables à M. Romney, mais un nouveau revers mardi soir pourrait être difficile à surmonter. Un dernier débat est prévu en Floride (sud-est) lundi.

Après le débat de mardi, MM. Obama et Romney repartiront immédiatement en campagne, le premier dans l'Iowa (centre) et l'Ohio (nord), le deuxième en Virginie (est).

bur-tq-bd/sam

PLUS:afp