NOUVELLES

Arafat: venue des enquêteurs français fin novembre (source proche du dossier)

16/10/2012 11:46 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

Les enquêteurs français chargés d'une instruction sur la mort du dirigeant palestinien historique Yasser Arafat se rendront à Ramallah (Cisjordanie), où il repose, le 26 novembre, a affirmé à l'AFP une source proche du dossier.

"Nous avons été informés que la commission d'enquête française arriverait le 26 novembre pour commencer ses travaux", a indiqué cette source sous le couvert de l'anonymat, précisant que "parvenir au corps d'Arafat pour y prélever des échantillons afin de les analyser prendrait du temps, peut-être plusieurs semaines, voire un mois".

"L'arrivée de l'équipe du laboratoire suisse coïncidera avec celle des enquêteurs français", selon la même source, en référence aux experts de l'Institut de radiophysique du Centre médical universitaire de Lausanne, assurant que "l'Autorité palestinienne fournirait à ces équipes toutes les facilités pour déterminer les circonstances de la mort du président Yasser Arafat".

"L'Autorité palestinienne a décidé d'unir les efforts et les travaux de la commission palestinienne, des enquêteurs français et des experts suisses sur la mort d'Arafat et consent à une ouverture de sa tombe pour prélever des échantillons de sa dépouille si cela est utile pour parvenir à la vérité", avait déclaré le 21 septembre à l'AFP le chef de la commission d'enquête palestinienne, Taoufiq Tiraoui.

Le neveu de Yasser Arafat et président de la Fondation Yasser Arafat, Nasser al-Qidwa, avait affirmé la veille à l'AFP être opposé à des prélèvements sur la dépouille dans le cadre d'une enquête ouverte en France pour assassinat, estimant qu'un documentaire d'Al-Jazeera avait "apporté la preuve matérielle" de son empoisonnement par Israël.

La thèse d'un empoisonnement de Yasser Arafat, dont la mort le 11 novembre 2004 à l'hôpital militaire français de Percy n'a jamais été élucidée, a retrouvé du crédit après la diffusion en juillet de ce documentaire.

La chaîne qatarie a fait analyser des échantillons biologiques prélevés sur les effets personnels d'Arafat par un laboratoire spécialisé de Lausanne (Suisse), qui y a découvert "une quantité anormale de polonium". Cette substance radioactive hautement toxique avait servi en 2006 à l'empoisonnement d'Alexandre Litvinenko, ex-espion russe devenu opposant au président Vladimir Poutine.

na-sst/agr/hj

PLUS:afp