NOUVELLES

Yémen: six Yéménites condamnés à la prison pour appartenance à Al-Qaïda

15/10/2012 07:57 EDT | Actualisé 15/12/2012 05:12 EST

Un tribunal de Sanaa spécialisé dans les affaires de terrorisme a condamné lundi six Yéménites à des peines de prison allant d'un an à cinq ans pour appartenance à Al-Qaïda et "complot terroriste".

Le tribunal a acquitté six autres personnes poursuivies dans le cadre de la même affaire pour "manque de preuves", selon l'énoncé du verdict prononcé par le président du tribunal, le juge Helal Mehaffal.

Les douze personnes formaient, selon l'accusation, une cellule d'Al-Qaïda qui avait planifié entre 2009 et 2011 d'attaquer des bâtiments officiels, des intérêts étrangers et des touristes, sans passer à l'acte.

Dans une autre affaire impliquant six personnes dont un citoyen des Emirats arabes unis d'origine yéménite, le tribunal a fixé son verdict au 19 novembre. Ces personnes sont également accusées d'avoir constitué une "cellule d'Al-Qaïda en vue de commettre des attentats".

L'accusé des Emirats, Ali Qahtani, a nié les charges affirmant être venu au Yémen avec l'intention d'y investir avant d'être arrêté en 2000.

Le 2 octobre, une Cour d'appel yéménite a confirmé la condamnation à mort de deux membres d'Al-Qaïda jugés pour une série d'attaques meurtrières à Sanaa. Arrêtés en décembre 2009, Mansour Saleh Salem Dalil et Moubarak Ali Hadi al-Shabwani avaient été condamnés à la peine capitale en juillet 2010.

Le lendemain, la même cour a confirmé la peine de mort prononcée à l'encontre d'un Yéménite soupçonné de liens avec Al-Qaïda, pour l'assassinat en 2010 à Sanaa d'un contractuel français.

Al-Qaïda est très actif au Yémen où le réseau extrémiste s'est renforcé au fil des ans, en particulier dans le sud et l'est du pays, mettant à profit l'affaiblissement du pouvoir central en 2011 lors de l'insurrection populaire qui a abouti au départ du président Ali Abdallah Saleh.

jj/mh/tp

PLUS:afp