NOUVELLES

USA: la hausse des ventes de détail présage un retour des consommateurs

15/10/2012 01:25 EDT | Actualisé 15/12/2012 05:12 EST

Les ventes au détail ont connu une hausse robuste aux Etats-Unis en septembre, suscitant l'attente d'un soutien accru des consommateurs à la croissance économique du pays d'ici à la fin de l'année.

Les ventes au détail ont augmenté de 1,1% par rapport au mois d'août, a indiqué lundi le ministère américain du Commerce.

L'effet positif de cette annonce d'un chiffre nettement supérieur à ce qu'attendaient les analystes a été renforcé par la révision en forte hausse de ceux des deux mois précédents.

En moyenne sur trois mois, l'indice du ministère apparaît désormais avoir connu son augmentation la plus forte en deux ans (1,0%), alors qu'au printemps les ventes au détail avait baissé sans discontinuer.

Plusieurs analystes font remarquer que les ventes de septembre ont bénéficié de la sortie du dernier téléphone d'Apple. Néanmoins, la hausse apparaît bien plus solide qu'en août dans la mesure où l'amélioration des ventes en valeur avait été assurée ce mois-là plus par la progression des prix que par celles des volumes.

Economiste de la banque UniCredit, Harm Bandholz rapproche les données du ministère de la hausse du moral des ménages américains, qui, selon l'Université du Michigan (nord), est actuellement à son niveau le plus élevé en cinq ans.

Les ménages "disent qu'ils se sentent plus en confiance", indique-t-il, et ils le montrent car ils ont "la volonté (et la capacité) de dépenser".

A l'heure où le secteur manufacturier, qui a été le moteur principal de la reprise économique américaine jusqu'au printemps, est touché par le ralentissement de l'économie mondiale --comme en a témoigné lundi l'indice d'activité Empire State pour la région de New York, dans le rouge pour le troisième mois de suite en octobre-- et où l'investissement des entreprises américaines décélère, les consommateurs semblent pouvoir prendre le relais pour soutenir la croissance du pays.

"Ils font tout ce qu'il peuvent pour gonfler la croissance", note Joel Naroff, de Naroff Economics Advisors.

Ellen Zentner, de la maison de courtage Nomura, relève néanmoins que les ménages restent "prudents" vu la faible amélioration du marché de l'emploi et la "maigre hausse des salaires" que l'on observe aujourd'hui aux Etats-Unis.

Pour son confrère Chris Christopher, la "saison des achats de fin d'année" qui, au sens large, commence fin octobre aux Etats-Unis, s'annonce meilleure qu'on pouvait le penser.

En dépit de l'incertitude liée aux élections présidentielle et législatives de novembre et à l'évolution de la politique budgétaire et fiscale après le 1er janvier, "les commerçants et les consommateurs se préparent", estime-t-il.

Les bons chiffres des ventes de détail "pourraient encourager les grandes enseignes de distribution à embaucher du personnel saisonnier" pour la fin de l'année.

Néanmoins, sans une amélioration durable du marché de l'emploi, la hausse des dépenses des ménages "ne devrait être que temporaire", prévient Steven Ricchiuto, de Mizuho Securities.

D'ores et déjà, les analystes de Barclay's Capital et Macroeconomics Advisors ont relevé lundi à 2,0% leur estimation de la croissance du PIB américain du troisième trimestre, dont la première évaluation officielle doit être publiée le 26 octobre.

M. Bandholz souligne lui, que les chiffres du ministère confirment son pronostic d'un taux de croissance de 2,2% sur les trois mois d'été.

mj/sl/sam

PLUS:afp