NOUVELLES

Stéroïdes contaminés aux USA: la FDA identifie 2 nouveaux produits de NECC

15/10/2012 04:19 EDT | Actualisé 15/12/2012 05:12 EST

Les autorités américaines ont identifié lundi deux nouveaux produits de la société en pharmacie NECC qui pourraient être liés à une épidémie de méningite fongique, qui a déjà tué 15 personnes parmi les 214 touchées aux Etats-Unis.

Deux patients ayant reçu des solutions de NECC pour immobiliser les muscles cardiaques durant une opération chirurgicale du coeur ont ensuite contracté la méningite fongique, a indiqué l'autorité de régulation des produits alimentaires et des médicaments (FDA) dans un communiqué.

Un troisième patient ayant reçu un autre type d'injection de stéroïdes que celui jugé à l'origine de l'épidémie a lui aussi contracté cette maladie rare et non-transmissible, responsable de l'inflammation des membranes protectrices du cerveau et de la moelle épinière, a ajouté la FDA.

La FDA n'a cependant pas confirmé à ce stade de lien direct entre ces substances et l'infection. "L'enquête sur ces patients se poursuit", a-t-elle fait savoir.

"Pour l'instant, il n'y a pas de cas dus à d'autres produits de NECC, même si plusieurs font l'objet d'une enquête", a indiqué Sarah Clark-Lynn, porte-parole de la FDA, à l'AFP.

"Nous ne savons pas pour le moment" combien de personnes sont exposées au risque de contracter la maladie suite à la découverte de ces deux nouveaux produits liés à des méningites fongiques, a-t-elle par ailleurs admis.

La FDA a demandé à nouveau aux médecins d'alerter tous les patients ayant utilisé des produits fabriqués par la société de préparation de médicaments New England Compounding center (NECC), située dans le Massachusetts (nord-est), qui a déjà rappelé tous ses produits et cessé ses opérations peu après le début de l'épidémie début octobre.

Le nombre de cas de méningite fongique, qui auraient été provoqués par des stéroïdes contaminés, augmente chaque jour.

Quatorze Etats sont touchés dont surtout le Tennessee (sud) avec 53 cas dont six décès, suivi du Michigan (nord) avec 41 cas, et de la Virginie (est) avec 34 cas.

La Floride, le Maryland, le Minnesota, le New Jersey, l'Indiana, la Caroline du Nord, l'Ohio, l'Idaho, l'Illinois et maintenant le Texas ont également signalé des cas.

Près de 14.000 personnes dans 23 Etats ont pu potentiellement recevoir une injection de ces stéroïdes infectés par un champignon parasite.

Ces injections épidurales de stéroïdes sont destinées à traiter le mal au dos provoqués surtout par des hernies discales ou des douleurs articulaires.

Le plus généralement, les symptômes de méningite apparaissent de une à quatre semaines après l'injection, mais dans certains cas cela peut aller jusqu'à plusieurs mois, selon les autorités sanitaires.

mso/lor/are

PLUS:afp