NOUVELLES

Obama et Romney préparent leur second face-à-face

15/10/2012 02:33 EDT | Actualisé 14/12/2012 05:12 EST

Le président Barack Obama et son adversaire républicain Mitt Romney se préparent au deuxième des trois débats télévisés qui opposera les deux principaux candidats à la présidence américaine ce soir, étape cruciale de la campagne électorale à trois semaines du jour J.

L'enjeu est d'autant plus important que le vote anticipé a déjà commencé dans 43 des 50 États, dont certains des 9 États jugés déterminants pour le scrutin du 6 novembre.

Lors de ce duel de 90 minutes à l'Université Hofstra d'Hemsptead, sur l'île de Long Island, à New York, MM. Obama et Romney devront répondre aux questions de quelque 80 électeurs indécis sélectionnés par l'institut de sondage Gallup, qui auront soumis leurs questions à l'avance. Chacun des deux candidats disposera de deux minutes pour répondre aux questions des participants, et d'une minute supplémentaire si la modératrice du débat, la journaliste de CNN Candy Crowley, décide de poursuivre la discussion.

Pour Obama, il s'agit de rebondir après sa terne performance du premier débat, le 3 de ce mois. Son entourage a promis un président plus énergique. De son côté, l'équipe Romney n'a qu'un objectif : confirmer le succès du premier duel télévisé qui a donné à son champion un nouvel élan dans la course à la Maison-Blanche et l'a fait remonter dans les sondages.

Particulièrement sous pression, Barack Obama suit un entraînement intensif de trois jours dans un « camp de débat » installé dans une résidence de golf à Williamsburg, en Virginie. « Tout se déroule formidablement », a-t-il déclaré dimanche alors qu'il faisait une courte pause pour féliciter les bénévoles d'un bureau de campagne démocrate voisin. Il se trouve dans la position toujours plus difficile du sortant qui doit défendre son bilan, dans une Amérique où le chômage reste élevé, même s'il semble avoir amorcé sa décrue, et où la reprise économique reste fragile.

Lors du débat du 3 octobre, le camp Obama avait été consterné que son candidat ne se soit pas montré plus incisif pour dénoncer le recentrage du discours de son adversaire, ce qu'il a fait depuis en campagne et dans des spots diffusés à la télévision.

Ses conseillers s'efforcent d'adapter ce discours au format du débat, qui plus est avec le public, durant lequel les candidats doivent établir un lien avec l'assistance.

« C'est le seul débat qui appartienne au peuple », analyse ainsi le coach républicain Brett O'Donnell, qui a travaillé avec Mitt Romney pour préparer le face à face. « Il faut séduire la personne qui pose la question et la regarder dans les yeux. Cela se joue sur l'empathie et le charisme », confirme Robert Denton Jr, directeur du département des Communications à l'Université de Virginia Tech.

Mitt Romney se préparait pour sa part non loin de chez lui lundi, dans le Massachusetts. Son équipe a laissé entendre qu'il continuerait de tenir un discours modéré - au moins sur la forme, si ce n'est sur le fond.

Il avait déjà amorcé ce virage lors du premier duel pour tenter de séduire l'étroite marge des électeurs indécis et de se défaire de l'image de multimillionnaire déconnecté des classes moyennes que lui renvoient les démocrates. À Hempstead, le candidat conservateur devra éviter tout faux pas qui donnerait cette impression aux téléspectateurs.

Ces derniers jours, Mitt Romney a ainsi promis que son programme de réduction des impôts de 20 % ne profiterait pas aux riches, a mis en avant sa collaboration avec les démocrates quand il était gouverneur du Massachusetts et a nuancé son discours sur le durcissement de l'accès à l'avortement. À en croire ses conseillers, il est fin prêt à en découdre à nouveau avec le sortant démocrate.

Quant au président Obama, « il peut changer son style, il peut modifier ses tactiques, mais il ne peut pas changer son bilan », a averti le conseiller de Mitt Romney, Ed Gillepsie, dimanche sur la chaîne Fox News.

PLUS: