NOUVELLES

Nkosazana Dlamini-Zuma devient la première femme à diriger l'Union africaine

15/10/2012 05:44 EDT | Actualisé 15/12/2012 05:12 EST

ADDIS ABEBA, Éthiopie - Pour la première fois, le principal poste de direction de l'Union africaine (UA) est occupé par une femme, la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

Mme Dlamini-Zuma a été investie lundi à la présidence de la commission de l'UA, où elle sera responsable de la paix, de la sécurité et de la supervision des affaires politiques et économiques du continent.

Nkosazana Dlamini-Zuma a été ministre sud-africaine des Affaires étrangères pendant plusieurs années. Elle a une formation de médecin et a été ministre de la Santé sous le président Nelson Mandela. Elle est l'ex-femme de l'actuel président d'Afrique du Sud, Jacob Zuma.

Le président sortant de la commission de l'UA, le Gabonais Jean Ping, a cédé ses fonctions à Mme Dlamini-Zuma lors d'une cérémonie au siège de l'organisation à Addis-Abeba, en Éthiopie. M. Ping occupait ce poste depuis 2008.

Le premier ministre éthiopien Hailemariam Dessalegn, qui a assisté à la cérémonie, a souhaité bonne chance à Nkosazana Dlamini-Zuma, mais l'a prévenue que sa tâche serait difficile.

Dans son discours, Mme Dlamini-Zuma a promis de travailler «pour une Afrique prospère, pacifique et intégrée». Après avoir fait l'éloge des anciennes civilisations africaines, elle a parlé de l'esclavage et du colonialisme, avant de saluer les gains post-coloniaux et les transferts de pouvoir pacifiques.

«Malgré ces progrès louables, nous devons aussi admettre qu'il y a eu des difficultés et des reculs, avec des poches d'instabilité et de conflits», a dit Nkosazana Dlamini-Zuma. «Il est donc de notre responsabilité en tant que gouvernements, citoyens et organisations régionales de nous assurer que les progrès démocratiques soient irrévocables.»

La nouvelle présidente de la commission de l'UA a promis de «ne ménager aucun effort» pour tenter de résoudre le conflit au Mali et dans la région du Sahel, qui menace de s'étendre, a-t-elle dit.

«Avec les leçons que nous avons tirées des récents conflits sur le continent, nous prendrons les mesures appropriées pour améliorer la coopération et la coordination avec les Nations unies», a-t-elle déclaré.

PLUS:pc