NOUVELLES

Mort d'un dissident cubain: un Espagnol condamné à quatre ans de prison

15/10/2012 07:01 EDT | Actualisé 15/12/2012 05:12 EST

LA HAVANE, Cuba - Un tribunal cubain a condamné un Espagnol à quatre ans de prison pour son rôle dans un accident de voiture qui a coûté la vie au célèbre dissident Oswaldo Paya et à un autre opposant au gouvernement cubain, ont annoncé les autorités, lundi.

Un avis publié sur le site gouvernemental Cubadebate affirme qu'Angel Carromero Barrios a été reconnu coupable d'«homicide automobile».

«Considérant la gravité des événements, dans lesquels deux personnes sont lamentablement mortes en conséquence de la conduite imprudente de M. Carromero Barrios, le tribunal a imposé une peine de quatre ans de privation de liberté», affirme l'avis. Les procureurs avaient réclamé une peine de sept ans.

Le document précise que les deux parties peuvent encore faire appel.

À Madrid, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères a répété le souhait du gouvernement espagnol de voir M. Carromero Barrios rentrer chez lui le plus rapidement possible. Le gouvernement espagnol travaille avec les autorités cubaines pour évaluer les scénarios possibles.

Le gouvernement cubain pourrait simplement décider de déporter Angel Carromero Barrios. L'Espagne pourrait aussi réclamer l'application du traité de 1998 signé entre les deux pays, qui prévoit que les détenus purgent leur peine dans leur pays d'origine.

Le 22 juillet, Angel Carromero Barrios conduisait une voiture dans laquelle se trouvaient Oswaldo Paya et Harold Cepero quand il a perdu le contrôle sur une section non pavée d'une route en construction. La voiture a percuté un arbre près de la ville de Bayamo, à environ 800 kilomètres à l'est de La Havane.

MM. Paya et Cepero, qui étaient assis sur la banquette arrière, ont été tués dans l'accident. M. Carromero Barrios et le Suédois Aron Modig, assis dans le siège passager, portaient leur ceinture de sécurité et ont été grièvement blessés.

Les autorités cubaines ont accusé l'Espagnol d'avoir accéléré et de ne pas avoir tenu compte des panneaux de signalisation annonçant des travaux sur la route.

Lors du procès, son avocat a fait valoir qu'il était impossible de savoir à quelle vitesse circulait la voiture et que les panneaux routiers n'étaient pas assez évidents. Les panneaux ont été améliorés depuis l'accident.

Angel Carromero Barrios n'a pas témoigné lors du procès.

L'Espagnol et le Suédois, qui sont tous les deux affiliés à des partis conservateurs dans leur pays d'origine, s'étaient rendus à Cuba pour rencontrer des dissidents et leur apporter leur appui.

Les proches d'Oswaldo Paya ont publiquement exprimé des doutes sur la version officielle de l'accident, disant ne pas faire confiance au gouvernement. Les proches ont aussi appelé les autorités à ne pas traduire Angel Carromero Barrios en justice.

«Nous ne pensons pas qu'il conduisait trop vite. Nous ne croyons pas à la version officielle», a déclaré Ofelia Acevedo, la veuve de M. Paya, qui réclame toujours une enquête indépendante.

«Je regrette beaucoup cette condamnation, a poursuivi Mme Acevedo. Nous ne blâmons pas Angel Carromero.»

Aron Modig, rentré en Europe une dizaine de jours après l'accident, a qualifié la condamnation d'«irréelle».

«Je ne crois pas qu'il soit juste d'accuser Angel d'un crime», a-t-il écrit sur le site Internet de l'aile jeunesse des chrétiens-démocrates de Suède. «D'après les souvenirs que j'en ai, Angel ne conduisait pas de manière inconsciente. Les proches de Paya et Cepero n'ont porté aucune accusation contre Angel. C'est une erreur de l'accuser de quoi que ce soit.»

PLUS:pc