NOUVELLES

L'UE prend de nouvelles sanctions contre le nucléaire iranien

15/10/2012 04:02 EDT | Actualisé 14/12/2012 05:12 EST

LUXEMBOURG - LUXEMBOURG (Sipa) — L'Union européenne a adopté lundi à Luxembourg un renforcement des sanctions destinées à empêcher l'Iran de se doter d'armes nucléaires.

Les ministres des Affaires étrangères des 27 pays membres de l'Union européenne ont déclaré que l'Iran "agissait en violation flagrante de ses obligations internationales" et refusait toujours de coopérer pleinement avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour répondre aux inquiétudes de la communauté internationale.

Israël, les Etats-Unis et leurs alliés exigent l'arrêt de certaines activités nucléaires iraniennes potentiellement militaires, au premier rang desquelles l'enrichissement d'uranium, mais l'Iran revendique son droit à maîtriser le cycle nucléaire et assure que son programme nucléaire est à but strictement civil et de recherche médicale.

Dans un communiqué, les ministres européens des Affaires étrangères déclarent avoir approuvé "des mesures restrictives supplémentaires dans les secteurs des finances, du commerce, de l'énergie et des transports", mais aussi imposé le gel d'avoir et des restrictions commerciales pour davantage d'entreprises, notamment celles qui sont "actives dans les secteurs du pétrole et du gaz".

Le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle a précisé qu'ils avaient interdit l'importation de gaz naturel iranien dans l'Union européenne.

Maryam Rajavi, présidente-élue de la Résistance iranienne, une organisation qui milite pour la chute du régime iranien, a salué la décision européenne, évoquant une "étape essentielle pour empêcher le régime d'acquérir des armes nucléaires".

Avant la réunion de lundi, le chef de la diplomatie britannique, William Hague, avait déclaré que ces sanctions seraient "le signe de notre détermination dans l'Union européenne à accroître la pression". Cette pression, a-t-il ajouté, devrait s'accentuer "dans les prochains mois à moins d'un succès des négociations". "Nous restons bien sûr ouverts au succès des négociations."

Selon le ministère français des Affaires étrangères, les sanctions sont "un moyen d'amener l'Iran à négocier. C'est un moyen qui porte, qui est efficace, comme l'a montré la chute assez brutale de la monnaie iranienne", avait souligné le porte-parole vendredi.

cf-st/AP-v0375

PLUS:pc