NOUVELLES

Le Portugal annonce de nouvelles mesures d'austérité

15/10/2012 02:57 EDT | Actualisé 15/12/2012 05:12 EST

LISBONNE, Portugal - Le gouvernement portugais a annoncé lundi de nouvelles mesures d'austérité dans son projet de budget pour 2013, dont d'importantes hausses d'impôts qui pourraient provoquer le mécontentement de la population.

En annonçant des hausses d'impôts «très significatives», le ministre des Finances Vitor Gaspar a déclaré que le Portugal n'avait pas le choix et devait se conformer aux exigences de réduction de la dette établies par ses créanciers internationaux, en échange de leur aide.

«Nous n'avons pas de marge de manoeuvre», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, ajoutant que le Portugal devait «rester dans la course».

Après plus d'une décennie de croissance morose, le Portugal a dû demander une aide de 78 milliards d'euros l'an dernier pour éviter la faillite.

Le gouvernement portugais juge que ces mesures sont nécessaires pour réduire la dette alors que le Portugal peine à retrouver une bonne santé financière.

Mais selon certains, une austérité accrue pourrait étrangler l'économie, qui devrait se contracter pour la troisième année consécutive en 2013 et voir le taux de chômage, déjà à 15,9 pour cent, augmenter encore.

Le projet de budget prévoit une contraction de l'économie d'un pour cent et une hausse du chômage qui culminerait à 16,4 pour cent.

Vitor Gaspar a déclaré qu'il comptait réduire les dépenses de 2,7 milliards d'euros l'an prochain notamment en supprimant deux pour cent des 600 000 postes de fonctionnaires.

De nombreux travailleurs devront payer l'équivalent d'un mois de salaire d'impôts.

Ces hausses d'impôts devraient toucher en particulier la classe moyenne. Une personne gagnant 41 000 euros par an paiera 45 pour cent d'impôts sur le revenu contre 35,5 pour cent actuellement, et la majorité des travailleurs, qui appartiennent à la tranche de 7000 à 20 000 euros de revenus annuels, devra payer 28,5 pour cent d'impôts contre 24,5 pour cent actuellement.

Auparavant, le taux maximal de 46,5 pour cent ne concernait que les ménages dont le revenu dépassait les 153 300 euros par an. Celui-ci sera abaissé au seuil de 80 000 euros et sera taxé à 48 pour cent, auquel s'ajoutera une taxe de «solidarité sociale» de 2,5 pour cent.

Un supplément d'impôts de quatre pour cent sera également ponctionné sur tous les revenus pour l'année 2013.

Par ailleurs, les revenus du capital seront davantage taxés.

Antonio Jose Seguro, le chef du principal parti d'opposition, le parti socialiste, a qualifié les mesures de «bombe atomique fiscale».

La Confédération générale des travailleurs portugais, le principal syndicat avec 600 000 adhérents, a quant à elle d'ores et déjà annoncé une grève générale pour le 14 novembre.

PLUS:pc