NOUVELLES

Le capitaine du Costa Concordia comparaît en Italie

15/10/2012 08:09 EDT | Actualisé 15/12/2012 05:12 EST

GROSSETO, Italie - Le capitaine du bateau de croisière Costa Concordia a comparu lundi devant un tribunal de Toscane, pour entendre les éléments de preuve retenus contre lui dans le cadre de l'accident du 13 janvier 2012 en Méditerrannée, dans lequel 32 passagers ont péri.

Le capitaine Francesco Schettino est entré par une porte arrière de la salle d'audience. Affublé de lunettes noires, il n'a fait aucune déclaration à la presse.

Les audiences de cette semaine doivent aider le juge a décider de la tenue éventuelle d'un procès contre Schettino, accusé d'homicide pour sa responsabilité l'accident. Il est également accusé d'avoir abandonné le navire et son équipage. Le capitaine nie les accusations qui pèsent contre lui. La tenue d'un éventuel procès n'aura pas lieu avant l'année prochaine.

Plus de 1000 survivants, les familles de victimes ainsi que leurs avocats, étaient présents lors de l'audience.

Le mois dernier, les experts désignés par la justice italienne ont identifié le capitaine Francesco Schettino comme principal responsable du naufrage qui a causé la mort de 32 personnes, mais ont aussi dénoncé l'équipage et l'armateur du navire.

L'un des avocats de Francesco Schettino, Francesco Pepe, est apparu confiant lors d'une pause de l'audience, en déclarant que «des responsabilités qui ne concernent pas toutes Schettino commencent à émerger».

Les avocats de certains survivants pointent du doigt l'entreprise avant tout. Pour Peter Ronai, l'avocat de la famille d'un violoniste hongrois mort après avoir distribué des gilets de sauvetage à des enfants, «la raison pour laquelle des gens sont morts n'est pas seulement le capitaine». Il a rappelé que les lumières s'étaient éteintes après la collision et que les membres d'équipage n'étaient pas formés aux procédures de secours.

John Arthur Eaves Jr., un avocat américain qui représente plus de 150 personnes dans des poursuites américaines contre l'armateur Carnival Corp, a expliqué être venu suivre l'affaire car elle pourrait lui servir dans ses dossiers. Il dit militer pour l'amélioration des normes dans le secteur des croisières.

«Il y a un manque de discipline, de façon récurrente, (...) et des problèmes de communication», a-t-il déclaré à la presse. «Cet accident se reproduira», a-t-il prédit.

L'armateur Costa Crociere nie avoir fait preuve de négligence et a pris ses distances avec le capitaine Francesco Schettino, congédié en juillet.

Le 13 janvier, le bateau de croisière s'était échoué près de l'île italienne de Giglio, après la décision du capitaine de se rapprocher trop près de la côte, ce qui lui vaut de faire l'objet d'une enquête, comme huit autres personnes.

PLUS:pc