NOUVELLES

Dix morts dans des attaques visant les services de sécurité irakiens

15/10/2012 12:04 EDT | Actualisé 15/12/2012 05:12 EST

Une série de tirs et d'explosions visant les services de sécurité irakiens lundi ont fait au moins dix morts, dont cinq policiers et trois membres de milices anti-al-Qaïda, et une vingtaine de blessés en Irak, selon des responsables des services médicaux et de sécurité.

L'attaque la plus meurtrière a eu lieu dans le centre de la ville de Touz Khourmatou, à 175 km au nord de Bagdad. Des hommes armés y ont attaqué un point de contrôle, tuant deux policiers et en blessant deux autres avant de s'enfuir, a indiqué un responsable local des services de sécurité. Un médecin de l'hôpital de Touz Khourmatou a confirmé le bilan.

Dans la même ville, l'explosion d'une voiture piégée devant l'une des principales entrées de la cité, a tué un policier et blessé six personnes -- cinq civils et un policier -- selon des responsables de la sécurité.

Au cours d'une autre attaque armée, des insurgés ont abattu à leur domicile deux frères membres de Sahwa, une milice anti-Qaïda, ainsi que leur père, lundi à l'aube, à l'ouest de Samarra, à 110 km au nord de Bagdad, ont indiqué un officier de police et une source médicale.

Un autre membre de Sahwa a péri dans l'explosion d'une bombe magnétique accrochée à sa voiture dans la ville de Hawija, à 230 km au nord de Bagdad, ont indiqué des sources médicale et sécuritaire.

A Mossoul (nord), une explosion et une fusillade ont fait deux morts -- un policier et un enfant -- et trois blessés, ont indiqué des responsables de la sécurité et un médecin. Les deux attaques visaient les forces de sécurité.

Dans la ville de Kirkouk, poudrière du nord de l'Irak, un policier a été tué et huit autres personnes blessées dans l'explosion de deux voitures piégées près du siège de l'exécutif provincial, a indiqué un responsable local des services de sécurité. Un médecin dans l'hôpital de la ville a confirmé ce bilan.

Enfin, à Bagdad, une fusillade a éclaté à un point de contrôle tenu par l'armée dans le sud de la ville, faisant trois blessés parmi les soldats, selon un responsable du ministère irakien de l'Intérieur. Une source médicale a indiqué qu'un soldat avait été tué et deux blessés.

Ces attaques interviennent quelques heures après deux explosions qui ont visé la police dimanche soir au nord de Bagdad, près des villes de Baqouba et Mossoul, tuant un policier et faisant quatre blessés, selon des responsables sécuritaires et hospitaliers.

Parallèlement, un prisonnier condamné à mort, Ouday Fadhel Salmane, est parvenu de s'échapper de la cellule de police où il était détenu avant une audience devant un tribunal, dans la ville de Cheikh Saad, a indiqué le maire de la ville, Mounir Zaidan.

Il a précisé que quatre policiers avaient été arrêtés après cette évasion.

Les évasions de prison sont relativement fréquentes en Irak. Le 27 septembre, plusieurs dizaines de détenus membres d'Al-Qaïda s'étaient évadés d'une prison de Tikrit (nord) lors d'une attaque qui s'était soldée par la mort de 16 membres des forces de sécurité.

Les violences ont fortement diminué en Irak depuis le pic atteint en 2006/2007, mais les attentats restent fréquents, notamment à Bagdad et dans le nord de la capitale. Depuis juin, plus de 250 personnes périssent chaque mois dans ces violences, selon un bilan compilé par l'AFP.

bur-psr/cnp-cco/hj

PLUS:afp