NOUVELLES

Combats meurtriers à Alep, trois enfants tués dans l'est de la Syrie (ONG)

15/10/2012 04:56 EDT | Actualisé 14/12/2012 05:12 EST

Huit soldats ont été tués lundi dans de violents combats à l'entrée d'Alep, deuxième ville de Syrie, et trois enfants ont péri dans des bombardements dans l'est du pays, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les soldats ont été tués lorsque des affrontements ont éclaté près d'un barrage militaire à l'entrée d'Alep, la grande métropole du nord, enjeu d'une bataille féroce depuis plus de trois mois, précise l'ONG.

Le président syrien Bachar al-Assad a publié lundi un décret pour la formation d'une commission chargée de la restauration et de la maintenance de la Grande Mosquée des Omeyyades à Alep, selon l'agence Sana. Cette commission sera présidée par le gouverneur de la ville Mohammad Wahid Aqqad, selon la même source.

Plusieurs localités de la province d'Alep ont été bombardées par le régime.

Dans le nord-ouest où l'armée syrienne tente depuis une semaine de reprendre des positions clés conquises par les rebelles, des affrontements intenses se poursuivaient lundi autour de base militaire stratégique de Wadi Deif, la plus importante de la province d'Idleb, indique l'OSDH, basée en Grande-Bretagne.

Les rebelles, qui assiègent la base depuis une semaine, "ont tiré des roquettes" dans sa direction, a précisé le chef de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Toujours dans la région d'Idleb, huit engins militaires de l'armée régulière ont été détruits lors d'affrontements intenses près d'un barrage militaire, selon l'OSDH qui se base sur un vaste réseau de militants et de médecins sur place.

Dans l'est du pays, à Boukamal, trois enfants âgés de 6, 7 et 12 ans ont été tués dans un bombardement de l'armée.

Dans la région de Damas, des secteurs rebelles près de la capitale étaient également violemment bombardés, selon l'OSDH. Des bombardements étaient aussi signalés dans les provinces de Deir Ezzor (est), de Lattaquié (nord), et de Raqqa (nord).

A Deraa, berceau de la contestation dans le sud du pays, où un enfant a été tué par un tireur embusqué, des renforts militaires ont été dépêchés en direction de la localité de Ghassm, en prévision d'un assaut.

Dimanche, les violences ont encore fait 150 morts, en majorité des civils, selon l'OSDH) qui recense 33.000 tués depuis mars 2011.

bur-rm/ram/sw

PLUS:afp