NOUVELLES

Aucun ancien dirigeant africain n'est digne de recevoir un prix de 5 millions $

15/10/2012 10:45 EDT | Actualisé 15/12/2012 05:12 EST

NAIROBI, Kenya - C'est la plus grande récompense en argent disponible aux anciens dirigeants de pays africains, mais personne n'était digne de la recevoir cette année — encore une fois.

La Fondation Mo Ibrahim a annoncé lundi qu'elle n'accordera pas son prix d'un montant de 5 millions $. La récompense vise à reconnaître les chefs d'état africains élus démocratiquement qui se sont distingués par leur travail et qui ont quitté le pouvoir lorsqu'ils étaient censés le faire. Le comité responsable de l'attribution du prix a examiné la candidature de différents dirigeants, mais a décidé qu'aucun n'avait rencontré les critères d'attribution du prix. Le groupe n'a pas révélé qui avait été considéré comme potentiel lauréat. Tous les dirigeants africains qui ont quitté le pouvoir au cours des trois dernières années étaient admissibles.

L'Afrique a fait des progrès politiques et économiques, mais certains des quelque 50 pays du continent sont encore gouvernés par des dirigeants qui restent en fonction pendant des décennies. D'autres dirigeants, qui ont quitté le pouvoir au cours des trois dernières années, ont des parcours peu luisantes.

En entrevue, Mo Ibrahim, un magnat de la téléphonie mobile britannique qui est né au Soudan, a affirmé qu'il n'était pas été déçu qu'aucun gagnant ne soit désigné.

M. Ibrahim a indiqué à l'Associated Press qu'il s'agissait d'un prix soulignant le leadership exceptionnel d'un dirigeant et que le comité de sélection ne voulait pas le donner à quelqu'un qui ne le méritait pas. Il a ajouté que sa Fondation avait un comité «merveilleux» composé d'hommes et de femmes qui analysent les dossiers selon des normes très élevées.

Le prix a été décerné à trois reprises depuis sa création, il y a six ans. L'ancien président du Cap-Vert, Pedro Pires Vérone, l'a remporté l'an dernier. En 2008, Festus Mogae du Botswana l'avait remporté, alors qu'en 2007, Joaquim Chissano du Mozambique avait reçu la récompense. Le prix n'avait pas été décerné en 2009 et en 2010.

PLUS:pc