NOUVELLES

Bactérie E. coli: XL Foods rappelle 800 travailleurs licenciés la veille

14/10/2012 01:59 EDT | Actualisé 14/12/2012 05:12 EST
Shutterstock

OTTAWA - L'entreprise de transformation de viande au centre de l'éclosion de la bactérie E. coli a annoncé, dimanche, le rappel de 800 travailleurs qu'elle avait licenciés la veille, mettant fin à une impasse qui empêchait les inspecteurs fédéraux de compléter leur révision des opérations.

L'évaluation de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) des installations de l'usine de XL Foods, à Brooks, en Alberta, avait dû être interrompue, en fin de semaine, après que l'entreprise eut annoncé la mise à pied temporaire de 2000 employés. Les inspecteurs de l'agence fédérale disaient n'avoir rien à inspecter si les travailleurs ne manipulaient pas le boeuf.

Les dirigeants de XL Foods, de leur côté, avaient motivé leur décision de licencier leurs travailleurs sur le fait que le gouvernement fédéral ne leur avait pas précisé à quel moment l'entreprise se verrait remettre son permis d'exploitation lui permettant d'opérer l'usine à pleine capacité.

Mais tard dimanche après-midi, XL Foods a émis un communiqué de presse annonçant le rappel de 800 employés afin d'aider l'ACIA à compléter son travail.

Les inspecteurs avaient complété la moitié de leur besogne, qui consiste à vérifier comment les employés de XL transforment les 5100 carcasses de boeuf. Si les inspecteurs sont satisfaits par le travail accompli, l'entreprise pourrait se voir remettre son permis d'opération.

«Nous sommes impatients à l'idée de travailler étroitement avec l'ACIA afin d'en arriver à une conclusion opportune et acceptable qui permettra de relancer les opérations de l'usine», a déclaré l'un des chefs de la direction de l'entreprise, Brian Nilsson, dans un communiqué.

Le ton employé était fort différent de celui utilisé la veille, lorsque les responsables de l'entreprise avaient pressé l'ACIA à en arriver à «une conclusion rapide et acceptable», apparemment sans l'aide des travailleurs.

Lee Nilsson, l'autre chef de la direction de l'entreprise, avait aussi fait référence à l'agence dans une entrevue accordée au Alberta Farmer Express, vendredi.

«Je sais que cela a causé beaucoup de tumulte dans le milieu de l'élevage et l'abattage de boeuf. La crise va passer, mais à ce stade il semble y avoir de l'incertitude à l 'ACIA en ce qui concerne la bactérie E. coli», avait ajouté M. Nilsson.

La décision de licencier les travailleurs et, du coup, de cesser les opérations dans l'usine, a eu des répercussions immédiates. L'ACIA a affirmé que la décision de rouvrir l'usine revenait entièrement à XL Foods, et le ministre fédéral de l'Agriculture, Gerry Ritz, n'avait donné aucune indication à l'effet qu'il diminuerait l'ampleur de l'inspection.

Dimanche après-midi, M. Ritz s'est dit satisfait de la décision de XL Foods de permettre à l'ACIA de poursuivre sa révision.

«La confiance des consommateurs envers l'industrie du boeuf est primordiale, et c'est pourquoi nous ne compromettrons pas la sécurité alimentaire des Canadiens, a indiqué M. Ritz dans un communiqué. Les inspecteurs de l'Agence canadienne d'inspection des aliments continueront de travailler avec diligence pour s'assurer que toutes les erreurs de sécurité à l'usine de Brooks soient corrigées.»

Doug O'Halloran, président du local 401 de la United Food and Commercial Workers Union, qui représente les employés de l'usine, a déclaré que la direction de l'usine avait bousillé la situation.

«Encore une fois, c'est le chaos, et je pense qu'on peut se poser la question: y'a-t-il quelque chose de plus grave à l'usine XL qu'ils tentent de nous cacher? Pourquoi mettre à la porte des employés dont vous aurez probablement besoin lorsque l'usine reprendra ses activités?, a dit M. O'Halloran. Ça ne fait aucun sens.»

M. O'Halloran a indiqué que les travailleurs ont été complètement pris par surprise.

«Ils sont dévastés. Ils sont stupéfaits. Nous étions tous heureux, il semblait que l'usine allait de nouveau être en opération et qu'on pourrait recommencer l'abattage.»

«On les force à décider s'ils doivent chercher un emploi ailleurs ou patienter. Les citoyens de Brooks sont comme plusieurs Canadiens qui vivent d'un chèque à l'autre», a-t-il également déclaré.

L'usine de XL Foods à Brooks est la deuxième plus grande du pays. Elle abat et transforme plus du tiers du boeuf canadien.

Le permis d'opération de l'usine a été suspendu le 27 septembre après que l'ACIA eut déterminé que les mesures de salubrité alimentaire chez XL Foods étaient inadéquates. L'Agence a également annoncé le rappel de plusieurs produits venant de XL Foods, et qui avaient été distribués à travers l'Amérique du Nord.