NOUVELLES

Syrie : M. Brahimi reçoit une proposition iranienne de sortie de crise

14/10/2012 03:22 EDT | Actualisé 14/12/2012 05:12 EST

Le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi a remis dimanche au médiateur international Lakhdar Brahimi une "proposition informelle" visant à mettre fin au conflit syrien.

L'Iran a remis à M. Brahimi, ainsi qu'à l'Egypte, à l'Arabie saoudite et à la Turquie, "une proposition informelle détaillée visant à résoudre la crise syrienne", a indiqué M. Salehi à la chaîne de télévision en langue arabe Al-Alam.

Le chef de la diplomatie iranienne n'a pas détaillé le contenu de cette proposition, ajoutant simplement que Téhéran soutiendrait les efforts de l'émissaire international.

L'envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue arabe, arrivé à Téhéran après un déplacement en Turquie et une rencontre avec des responsables saoudiens, a salué l'initiative iranienne.

"Je vous remercie pour vos propositions, et comme je vous l'ai dit, il y a certaines idées dans vos propositions qui peuvent aider en complétant celles déjà faites par d'autres Etats, qui sont également importants au regard de la situation syrienne", a déclaré M. Brahimi lors d'une conférence de presse commune.

"Nous espérons que toutes ces idées s'organiseront au sein d'un projet, capable de mettre fin au cauchemar du peuple syrien", a précisé M. Brahimi.

"Je répète l'appel du secrétaire général des Nations unies (Ban Ki-moon) concernant la mise en oeuvre par le gouvernement syrien d'un cessez-le-feu unilatéral et demande à l'opposition de le respecter, une fois qu'il aura été initié par les autorités", a-t-il ajouté.

M. Brahimi, qui a entamé mercredi une nouvelle tournée régionale, doit rencontrer lundi le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranien, Saïd Jalili, avant de s'envoler le jour même pour Bagdad, a indiqué le site internet de la télévision officielle.

L'Iran est le principal allié régional du président syrien Bachar al-Assad.

Les violences à travers la Syrie ont fait au moins 33 000 morts depuis le début en mars 2011 du soulèvement contre le régime, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

fpn/dv/tg/cco

PLUS:afp