NOUVELLES

L'armée syrienne contre-attaque dans le nord, des officiers capturés (ONG)

14/10/2012 07:57 EDT | Actualisé 14/12/2012 05:12 EST

L'armée syrienne a lancé dimanche une contre-attaque dans le nord du pays pour reprendre des positions conquises par les insurgés, qui sont parvenus à capturer trois officiers, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), où la majorité des villes et villages échappent au régime, l'armée de l'air larguait des bombes sur Maaret al-Noomane, prise par les rebelles en début de semaine.

Avec le contrôle de cette ville clé sur la route d'Alep, les rebelles ont pu freiner l'acheminement des renforts militaires vers la métropole du nord, théâtre depuis la mi-juillet de violents combats.

A l'est de Maaret al-Noomane, l'armée tentait de repousser un nouvel assaut des rebelles sur Wadi Daif.

Cette base militaire, la plus importante de la région d'Idleb, renferme des réservoirs de carburant, des chars et un grand nombre de soldats, selon l'OSDH.

De violents combats secouaient Maarchourine et Hich, deux localités proches de la base, et l'aviation bombardait la zone.

Outre le convoi bloqué au sud de Maaret al-Noomane, les insurgés ont aussi arrêté samedi des renforts qui tentaient de rallier la Base 46, assiégée par les rebelles sur la route d'Alep.

Récemment, les insurgés ont détruit plusieurs positions militaires dans la province d'Idleb. Ces conquêtes n'ont pas une grande importance "au niveau géographique car les insurgés n'y restent pas longtemps. Ce qui est important ce sont les armes et les munitions qu'ils saisissent lors des attaques", a expliqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, chef de l'OSDH.

Toujours dans la région d'Idleb, l'armée s'est retirée d'un barrage près de la ville rebelle de Saraqeb, l'OSDH affirmant qu'il ne restait plus qu'un seul barrage pour que cette région sur la route d'Alep échappe au régime.

Les rebelles ont également marqué un point en capturant à un barrage trois officiers dans le district de Jisr al-Choughour, plus à l'ouest. La semaine dernière, ils y avaient capturé 256 soldats après des combats.

D'après les analystes, l'armée est affaiblie par la multiplication des fronts et sa supériorité aérienne n'est plus déterminante.

Toutefois à Alep, l'agence officielle Sana a annoncé que l'armée avait tué "des dizaines de terroristes et détruit des roquettes anti-aériennes".

Dans la province de Damas, l'armée a repris une base militaire à Atibah prise la veille par les insurgés, selon l'OSDH.

Dans la capitale, où les attentats se multiplient, une bombe a fait exploser la voiture d'un avocat pro-régime dans le quartier chic de Mazzé, faisant un blessé, selon l'OSDH. Sana a parlé d'un attentat-suicide "terroriste" qui n'a pas fait de victimes.

Ailleurs dans le pays, des bombardements ont touché les provinces de Deir Ezzor (est), de Qouneitra (sud-ouest) et de Deraa (sud), selon la même source.

Selon l'OSDH, les combats et les attaques rebelles continuent d'infliger de lourdes pertes à l'armée. Ainsi, 63 soldats figurent parmi les 181 victimes des violences recensées samedi par l'ONG.

Dimanche, 18 personnes dont 10 rebelles ont péri selon un bilan provisoire de l'OSDH. En 19 mois de conflit, les violences ont fait plus de 33.000 morts, de même source.

bur-rm-ram/sbh

PLUS:afp