NOUVELLES

L'ancien sénateur américain Arlen Specter rend l'âme à l'âge de 82 ans

14/10/2012 09:59 EDT | Actualisé 14/12/2012 05:12 EST

HARRISBURG, États-Unis - L'ancien sénateur américain Arlen Specter, un centriste de la Pennslyvanie reconnu pour son franc-parler et dont la transition de républicain à démocrate a mis fin à une carrière de 30 ans durant lesquels il a joué un rôle instrumental dans plusieurs nominations à la Cour suprême, est décédé dimanche. Il était âgé de 82 ans.

M. Specter, qui avait révélé, en août, combattre un cancer, a rendu l'âme à son domicile de Philadelphie de complications liées à un lymphome non hodgkinien, a annoncé son fils Shanin. Au fil des ans, Arlen Specter avait combattu deux épisodes de lymphome hodgkinien, s'était rétabli d'une tumeur au cerveau et avait survécu à un arrêt cardiaque à la suite d'un pontage coronarien.

M. Specter s'est fait remarquer durant les années 60 à titre d'énergique procureur de Philadelphie et de conseiller juridique adjoint au sein de la Commission Warren, mise sur pied pour enquêter sur l'assassinat du président John F. Kennedy en 1963.

M. Specter a développé la thèse du «projectile unique», selon laquelle une seule balle a atteint M. Kennedy et le gouverneur du Texas John Connally — une hypothèse vitale dans l'argumentation selon laquelle Lee Harvey Oswald a agi en solitaire, le 22 novembre 1963. Cette théorie demeure très controversée et se trouvait au coeur du film «JFK» d'Oliver Stone, en 1991.

En 1987, il a contribué à contrecarrer la nomination à la Cour suprême de Robert H. Bork, un ancien juge de la Cour d'appel fédérale — ce qui lui a valu plusieurs ennemis dans le clan conservateur qui, encore aujourd'hui, disent avec amertume que de tels refus ont été «borkés», un jeu de mots créé à partir du nom de famille du juge Bork.

Mais quatre ans plus tard, M. Specter a été fortement critiqué par les supporters libéraux en raison de son interrogatoire serré à l'endroit d'Anita Hill, lors des audiences en vue de la nomination du juge Clarence Thomas à la Cour suprême, l'accusant même de «parjure sans détours».

L'interrogatoire, diffusé sur les grands réseaux américains, a provoqué la colère des groupes de défense des femmes et a failli lui coûter son siège au Sénat en 1992.

M. Specter était le sénateur de la Pennsylvanie comptant le plus d'ancienneté lorsque le Parti démocrate lui a préféré le représentant Joe Sestak lors du scrutin primaire de 2010, malgré l'appui du président Barack Obama et d'autres leaders démocrates. M. Sestak a perdu l'ancien siège de M. Specter aux mains du représentant républicain Pat Toomey par deux points de pourcentage.

Perçu comme un politicien modéré, M. Specter a fait son entrée au Sénat lors de l'écrasante victoire de Ronald Reagan lors de l'élection présidentielle de 1980.

PLUS:pc