L'opposition officielle à l'Hôtel de Ville tient un congrès sur le thème de la corruption, alors que le parti du maire Gérald Tremblay est éclaboussé par des allégations faites à la Commission Charbonneau.

Vison Montréal a d'ailleurs invité le député de la Coalition avenir Québec (CAQ), Jacques Duchesneau, à participer à l'une des conférences, qui vise à trouver des solutions pour rétablir la confiance des Montréalais dans l'administration publique.

Pour sa première sortie publique depuis la dernière élection provinciale, Jacques Duchesneau est revenu sur son sujet de prédilection pour proposer quelques pistes de solution afin de faire face au problème de la corruption qu'il situe à plusieurs niveaux et dans différents secteurs d'activités.

Pour que le public retrouve la confiance en ces élus, M. Duchesneau propose entre autres de limiter le nombre de mandats et de revoir le financement des partis politiques.

La chef de Vision Montréal, Louise Harel, continue pour sa part d'exiger le départ du maire Gérald Tremblay. Elle préconise une ligne d'éthique accessible à tous ceux qui voudraient signaler des comportements douteux au sein de l'administration municipale.

Louise Harel propose également que l'expertise du Service de police de la Ville de Montréal SPVM soit mise à contribution, notamment dans l'octroi des contrats.

Sur la question du financement des partis politiques, Louise Harel affirme que le ménage a été fait au sein de sa formation politique et que cela a beaucoup changé depuis son arrivée à Vision Montréal.