NOUVELLES

Mitt Romney concentre ses forces en Ohio et critique Obama sur la Chine (PHOTOS)

13/10/2012 07:22 EDT | Actualisé 13/12/2012 05:12 EST
AP
In this Oct. 8, 2012, photo, Republican presidential candidate, former Massachusetts Gov. Mitt Romney gives a foreign policy speech at Virginia Military Institute in Lexington, Va. Romney is promising to get tough on China to help American workers, but his plans could backfire. Romney is pledging, on his first day in office, to designate China a currency manipulator, a step no U.S. administration has taken against any country for 18 years. That could lead to tariffs punishing China for policies that Americans believe unfairly keep Chinese products cheap, hurting U.S. manufacturers. (AP Photo/ Evan Vucci)

PORTSMOUTH, États-Unis - Le candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney et son colistier Paul Ryan ont tenté de rallier leurs partisans, samedi, dans l'État clé de l'Ohio, s'en prenant au président Barack Obama pour s'être montré conciliant avec la Chine en matière de pratiques commerciales inéquitables. Quant à M. Obama, il a consacré un temps précieux à se préparer pour le prochain débat contre son rival.

Les deux camps tentent par tous les moyens de conquérir l'Ohio, l'un des États pivots de la bataille électorale, cette année, et où les sondages font état d'une légère avance de M. Obama sur son adversaire républicain.

Cet État est crucial pour M. Romney, puisque son parcours lui permettant de remporter les 270 votes électoraux nécessaires pour déloger les démocrates de la Maison-Blanche sera beaucoup plus ardu s'il ne peut s'y imposer. Perdre l'Ohio signifierait qu'il devrait remporter pratiquement tous les États encore indécis. Aucun candidat républicain n'est devenu président en ne gagnant pas l'Ohio.

Le président des États-Unis n'est pas élu selon le vote populaire à travers le pays mais bien dans le cadre de batailles qui se tiennent dans chaque État, faisant de l'Ohio — qui n'est ni fidèlement républicain, ni fidèlement démocrate — un État vital lors d'un scrutin aussi serré.

M. Romney a passé les quatre des cinq derniers jours à faire campagne dans cet État, tentant de tisser des liens avec les électeurs de la classe moyenne. Devant des partisans rassemblés samedi à l'Université Shawnee State de Portsmouth, il a lancé que son adversaire n'avait pas la volonté de prendre une décision à savoir si la Chine manipulait ou non le cours de sa monnaie pour obtenir un avantage commercial.

Cette décision devait être dévoilée lundi, mais le Trésor américain a annoncé vendredi qu'elle ne surviendrait pas avant que des responsables de la finance mondiale ne se rencontrent en début novembre. Cela signifie qu'une prise de position officielle est improbable avant l'élection du 6 novembre.

M. Romney a lié cette question au marché du travail, affirmant que les produits chinois très abordables menaient les entreprises américaines à la faillite.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le débat en images
Les meilleures phrases du débat Obama/Romney