NOUVELLES

Inquiétudes grandissantes pour les enfants abandonnés du Maroc

13/10/2012 03:50 EDT | Actualisé 13/12/2012 05:12 EST

Le Maroc connaît une inquiétante augmentation du nombre d'enfants abandonnés par leur mère célibataire, ont affirmé samedi plusieurs responsables d'ONG, dénonçant des préjugés sociaux tenaces et une législation dépassée.

Selon une étude dirigée par Insaf, une association qui soutient les femmes et les enfants en détresse, 27.200 jeunes femmes ont eu un enfant hors mariage et 8.760 nouveaux-nés ont été abandonnés en 2009, soit 24 enfants en moyenne chaque jour.

Pour Omar Kindi, président d'Insaf et organisateur d'une conférence à Casablanca sur les violences et les discriminations visant les mères célibataires et leurs enfants, la législation ne suit pas les évolutions de la société.

Il a cité en exemple l'article 490 du code pénal qui sanctionne les relations sexuelles hors mariage prévoyant jusqu'à un an de prison.

"Nous devons secouer la société marocaine et faire pression sur l'Etat et le Parlement pour faire changer les choses", a pour sa part estimé Aïcha Chenna, à la tête de l'association Solidarité féminine.

Outre le changement de la loi, les militants ont également souligné la nécessité d'une éducation sexuelle pour permettre aux femmes d'éviter les grossesses indésirables.

Près de 60% des mères célibataires de moins de 26 ans sont analphabètes, selon Mme Chenna.

Mais l'arrivée en janvier des islamistes au gouvernement rend difficile la réalisation de ces objectifs, selon certains participants.

Auparavant, plus de 10% du budget d'Insaf provenait de subventions publiques mais les nouvelles autorités ont mis fin au soutien financier qu'elles apportaient à l'association, a ainsi déclaré M. Kindi.

sma/tg/sbh

PLUS:afp