NOUVELLES

Clinton: les États-Unis ne quitteront pas la Libye

13/10/2012 02:34 EDT | Actualisé 12/12/2012 05:12 EST

La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a répliqué, vendredi, aux critiques concernant la façon dont le gouvernement Obama a géré, le mois dernier, l'attentat mortel contre le consulat américain en Libye en réitérant son appui au processus de démocratisation des pays arabes.

Lors d'un discours à Washington, devant des représentants du Center for Strategic and International Studies, la secrétaire d'État a signifié qu'il n'était pas question de se retirer de ces pays.

Le sujet de la sécurité est venu sur le tapis lors du débat télévisé de jeudi entre le vice-président démocrate sortant Joe Biden et le candidat républicain Paul Ryan en vue des élections du 6 septembre. Le vice-président Biden a affirmé: « nous n'avions pas été informés d'une requête visant à augmenter le niveau de sécurité au consulat américain où quatre personnes, dont l'ambassadeur, ont trouvé la mort ».

Cette information entre en contradiction avec des témoignages entendus lors d'audiences du congrès indiquant que le département d'État était au courant et avait rejeté les nombreuses demandes portant sur l'accroissement des mesures de sécurité à Benghazi.

Les porte-parole du département d'État et de la Maison-Blanche se sont activés vendredi à justifier les propos du vice-président en affirmant que « nous » signifiait la Maison-Blanche, une institution où ce genre de requêtes ne se rend pas.

Démocratie nécessaire

Mme Clinton a insisté sur le fait que pour les États-Unis, soutenir les transitions démocratiques ne relève pas de l'idéalisme, mais d'une nécessité stratégique.

La secrétaire d'État a affirmé vouloir aussi savoir exactement ce qui s'est passé à Benghazi plus que quiconque, mais elle n'a pas voulu entrer dans les détails de la sécurité au consulat, mettant plutôt l'accent sur une question plus large à savoir pourquoi les diplomates sont en poste dans une ville aussi anarchique et si peu protégée. « Par sa nature, la diplomatie est souvent exercée dans des endroits dangereux. »


Associated Press

PLUS: