NOUVELLES

Afghanistan: au moins neuf personnes sont tuées dans des attaques d'insurgés

13/10/2012 09:45 EDT | Actualisé 13/12/2012 05:12 EST

KABOUL - Un kamikaze à moto s'est fait exploser devant un bureau local des services de renseignement, samedi dans le sud de l'Afghanistan, dans le cadre de la plus mortelle de trois attaques ayant fait au moins neuf morts, ont annoncé des responsables.

Six personnes _ quatre agents des renseignements afghans, un membre de la coalition et un employé civil travaillant pour l'ISAF _ sont décédés dans l'explosion, qui est survenue dans le district de Maruf de la province de Kandahar.

Les talibans ont revendiqué la responsabilité de l'attaque, le porte-parole Qari Yousef Ahmadi indiquant dans un message envoyés à des journalistes que le groupe ciblait les forces internationales opérant dans le pays.

Le porte-parole de la province de Kandahar Ahmad jawed Faisal a indiqué que l'explosion s'est produite tôt le matin, à une entrée du bureau des renseignements. Trois autres agents ont été blessés, dont deux grièvement, a-t-il précisé.

Les insurgés ciblent fréquemment les forces de sécurité afghanes et les responsables gouvernementaux pour affaiblir l'appareil étatique.

Jamie Graybeal, un porte-parole de la coalition internationale, a confirmé qu'un soldat de la coalition et un civil oeuvrant pour l'ISAF avaient été tués dans l'attaque. Les blessés ont été évacués vers des hôpitaux de la coalition pour y être soignés, a-t-il dit.

Une deuxième attaque a causé la mort de deux policiers afghans et en a blessé trois autres à Qalat, la capitale de la province voisine de Zabul, a mentionné le porte-parole provincial Shariullah Nasari. Après qu'un véhicule de la police eut roulé sur une mine, une autre explosion a frappé les agents venus aider leurs collègues.

L'OTAN a également fait savoir qu'un autre soldat de la coalition menée par les États-Unis avait été tué lors de l'explosion d'une bombe dans le sud. L'Alliance Atlantique a refusé de donner plus d'informations avant de contacter les proches du défunt.

PLUS:pc