NOUVELLES

Une cour israélienne donne un répit aux Soudanais menacés d'expulsion

12/10/2012 07:50 EDT | Actualisé 12/12/2012 05:12 EST

Un tribunal a ordonné au ministère israélien de l'Intérieur de reporter une campagne d'arrestations d'immigrés clandestins soudanais prévue à partir de lundi, dans l'attente d'une décision sur leur demande d'asile.

"Il me semble juste à ce stade d'émettre une injonction temporaire selon laquelle, sauf avis contraire, les citoyens de la république du Soudan ne seront pas placés en garde-à-vue", a écrit la juge Nava Ben-Or dans sa décision rendue jeudi, prévoyant une nouvelle audience le 30 octobre.

Le ministre israélien de l'Intérieur, Elie Yishaï, avait prévenu en août que les Soudanais en situation irrégulière avaient jusqu'au 15 octobre pour quitter le territoire, sous peine d'arrestation.

Israël a commencé en juin à expulser les Sud-Soudanais, après que M. Yishaï a estimé qu'ils ne couraient plus de risque dans leur pays d'origine, devenu indépendant à l'été 2011. Dans un premier temps, aucune mesure particulière n'avait été prise envers les ressortissants du Soudan.

Le nombre de clandestins africains résidant en Israël est estimé à 60.000, dont une grande partie habite des quartiers dégradés du sud de Tel Aviv. La plupart sont des Soudanais et des Erythréens, entrés dans le pays via la péninsule égyptienne du Sinaï.

En mai, les tensions liées à cette présence croissante de clandestins ont dégénéré après une manifestation à Tel Aviv, quand des protestataires ont vandalisé des propriétés et des magasins gérés par des Africains en scandant "Les Noirs dehors".

L'association pour les droits civiques en Israël, avec d'autres groupes de défense des droits de l'Homme et six demandeurs d'asile Soudanais, a saisi la Cour de district de Jérusalem pour bloquer l'opération annoncée par M. Yishaï.

Selon l'association, la mise en oeuvre de l'opération entraînerait "la traque de milliers de demandeurs d'asile soudanais" et leur placement en détention "pour une durée infinie" dans un énorme camp de rétention construit par Israël dans le désert près de sa frontière avec l'Egypte.

"Parmi ces gens se trouvent des survivants du génocide au Darfour et d'atrocités dans d'autres régions", avait souligné l'association.

scw/cnp/fc

PLUS:afp