NOUVELLES

Liban: trois militants d'un groupe islamiste radical s'évadent de prison

12/10/2012 03:44 EDT | Actualisé 12/12/2012 05:12 EST

Trois membres du groupe islamiste radical Fatah al-Islam se sont évadés de la principale prison du Liban, a indiqué vendredi un responsable de la sécurité à l'AFP, ajoutant que les circonstances et la date de cette évasion étaient inconnues.

"Trois prisonniers appartenant au mouvement Fatah al-Islam se sont évadés" de la prison de Roumieh, à 12 km au nord-est de Beyrouth, a indiqué ce responsable précisant qu'une enquête était en cours.

Il s'agit d'un Palestinien, un Syrien et un Algérien, a indiqué de son côté l'Agence nationale d'information libanaise.

Selon la chaîne privée libanaise MTV, leur fuite aurait eu lieu il y a un mois, mais elle n'aurait été découverte que vendredi, lorsque des gardiens de prison ont appelé un des trois détenus pour le conduire à une audience de son procès.

Une information que le responsable de la sécurité interrogé par l'AFP n'a pas voulu confirmer ou démentir.

Ce n'est pas la première fois que des membres de Fatah al-Islam réussissent à s'évader de la prison surpeuplée de Roumieh.

Lors des tentatives précédentes, les forces de la sécurité avaient la plupart du temps réussi à capturer les évadés, quelques jours voire quelques semaines après leur fuite.

La dernière tentative remonte à août 2011. Trois membres de Fatah al-Islam figuraient parmi cinq prisonniers qui s'étaient évadés de la prison de Roumieh.

Fatah al-Islam avait livré une bataille rangée contre l'armée libanaise pendant l'été 2007 dans le camp de réfugiés palestiniens de Nahr al-Bared, dans le nord du Liban, faisant plus de 400 morts, dont 222 membres du groupe et 168 soldats.

Des centaines de militants islamistes sont actuellement en prison, accusés d'avoir planifié des attentats visant l'armée libanaise notamment.

Une grande partie d'entre eux attend toujours leur jugement, une situation dénoncée par les organisations des droits de l'Homme, les familles des détenus et les milieux islamistes.

rd/tg/feb

PLUS:afp