NOUVELLES

Le traversier coincé dans le sable sur le lac Érié a été dégagé

12/10/2012 01:44 EDT | Actualisé 12/12/2012 05:12 EST

KINGSVILLE, Ont. - Un traversier qui s'était échoué sur une barre de sable du lac Érié, en Ontario, avec une trentaine de personnes à son bord a été dégagé et remorqué en toute sécurité vendredi.

La présidente de Owen Sound Transportation Co., Susan Schremp, a indiqué que le M.V. Jimaan avait été libéré par un remorqueur vendredi après-midi. Le traversier a ensuite poursuivi son chemin à l'aide de ses propres moteurs jusqu'au quai de Leamington, où il a accosté vers 14h30.

Le Bureau de la sécurité des transports procède à l'inspection du navire et des plongeurs examinent la coque pour déterminer si elle a été endommagée, a souligné Mme Schremp.

Elle a mentionné que l'inspection, ainsi qu'un examen mené par Transports Canada, détermineront si et quand le traversier pourra reprendre du service.

Trente-trois personnes — dont un bébé — étaient à bord du traversier de l'île Pelée lorsque le navire s'est échoué jeudi après-midi dans des eaux peu profondes, à près de 200 mètres de la rive.

L'accident aurait notamment été causé par la force des vents et le faible niveau de l'eau.

La Garde côtière canadienne a été immédiatement informée, mais elle a déterminé que les conditions météorologiques ne permettaient pas une opération de secours immédiate.

Le traversier était chauffé et les passagers ont été ravitaillés toute la nuit en nourriture et en eau.

Mme Schremp a assuré que l'opération de secours s'était déroulée rondement.

«Tout s'est passé comme prévu et tel qu'espéré. Tout le monde a très bien travaillé ensemble», a-t-elle dit.

Une inspectrice du Bureau de la sécurité des transports, Wendy Jolliffe, a indiqué que l'enquête pourrait être terminée dès samedi. L'enquête comprendra les témoignages des passagers et des membres d'équipage.

Mme Jolliffe a ajouté que la décision sur la nécessité de mener une enquête complète pourrait être rendue la semaine prochaine.

La traversée de deux heures entre l'île Pelée et le quai de Leamington, au sud de Windsor, se fait généralement deux ou trois fois par jour.

C'est la première fois que le traversier se retrouve bloqué pour une raison autre qu'un problème mécanique, a souligné Mme Schremp.

PLUS:pc