NOUVELLES

La Russie a "trop peu d'arbitres", selon leur patron italien

12/10/2012 06:55 EDT | Actualisé 12/12/2012 05:12 EST

La Russie, qui organisera le Mondial-2018 de football, a "trop peu d'arbitres" professionnels, a constaté vendredi le responsable italien du corps arbitral de cet immense pays, Roberto Rosetti.

"Il n'y a que 3.000 arbitres professionnels dans l'immense pays de Russie, c'est trop peu", a déclaré Rossetti, l'arbitre de la finale de l'Euro 2008, appelé à l'été 2011 pour chapeauter le corps arbitral russe.

"La Russie a besoin de plus d'arbitres, beaucoup plus, pour avoir un choix étendu dans chaque division", a-t-il ajouté, soulignant que l'Italie compte plus de 32.000 arbitres, et l'Angleterre 38.000.

La Russie a besoin d'arbitres, et aussi d'un changement de "mentalité", a poursuivi Rossetti: "les officiels, ici, sont humiliés à la moindre erreur. Il est absolument impossible qu'un enfant rêve de devenir arbitre, ici en Russie".

Face à l'ampleur de la tâche, il lui faudra plus de temps que prévu pour construire un corps arbitral solide en Russie, estime-t-il: "je travaille ici depuis un an et quatre mois, je prévoyais d'abord de mener à bien mon programme en trois ans, mais je comprends maintenant que cela ne suffira pas".

Il reste quand même optimiste. "Etre arbitre en Russie, c'est être au centre de problèmes variés. Pour moi, l'arbitrage n'est pas un métier, c'est ma vie. Je suis un fou de football, et je vais réussir ici", a-t-il conclu.

af/sjw/gv/jgu

PLUS:afp