NOUVELLES

La mission de l'ONU en Haïti renouvelée mais réduite et recentrée

12/10/2012 05:02 EDT | Actualisé 12/12/2012 05:12 EST

Le Conseil de sécurité a renouvelé vendredi pour un an le mandat de la Mission de l'ONU pour la stabilisation en Haïti (Minustah) mais en réduisant ses effectifs et en la centrant davantage sur la formation de la police haïtienne.

Dans une résolution adoptée à l'unanimité de ses 15 membres, le Conseil "décide de proroger le mandat de la Minustah jusqu'au 15 octobre 2013, dans l'intention de le renouveler encore".

Suivant en cela les recommandations du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, le Conseil ramène les effectifs militaires de la Mission de 7.340 à 6.270 hommes au maximum et ses effectifs policiers de 3.241 à 2.601.

De plus, le Conseil affirme que "le renforcement des capacités de la Police nationale haïtienne est une tâche des plus cruciales pour la Minustah" et qu'il est "impératif de renforcer les moyens" de cette police en lui fournissant des formateurs et des conseillers techniques.

La Minustah devra "redoubler d'efforts pour encadrer et former les agents de la police et de l'administration pénitentiaire" haïtiennes, ajoute le texte.

A l'issue d'un débat la semaine dernière au Conseil, l'ambassadeur du Guatemala Gert Rosenthal, qui préside le Conseil en octobre, avait indiqué "qu'il y avait eu unanimité sur les recommandations du secrétaire général de passer du maintien de la paix au renforcement de la police".

Cette évolution, avait-il expliqué, a été permise par "les progrès" politiques accomplis dans le pays.

La résolution constate à cet égard que "Haïti a continué à faire d'énormes progrès" depuis le séisme de janvier 2010 et a "franchi au cours de l'année écoulée un certain nombre d'étapes politiques majeures" dont la nomination d'un nouveau Premier ministre. "Dans l'ensemble, la sécurité s'est améliorée, même si elle reste fragile", ajoute le Conseil.

L'an passé, le Conseil de sécurité avait déjà retiré 2.750 Casques bleus aux effectifs de la Minustah pour les ramener à 10.500, c'est-à-dire un niveau plus proche de celui d'avant le tremblement de terre de janvier 2010. Les policiers et les soldats de l'ONU étaient près de 9.000 avant le séisme.

avz/bdx

PLUS:afp