NOUVELLES

Intervention au Mali : l'ONU demande des précisions

12/10/2012 09:13 EDT | Actualisé 12/12/2012 05:12 EST

Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé vendredi, dans une résolution, aux pays ouest-africains (CEDEAO) de préciser leurs plans en vue d'une intervention militaire contre les groupes islamistes qui contrôlent le nord du Mali.

La résolution invite par ailleurs le gouvernement malien et les rebelles touaregs à « entamer dès que possible, un processus de négociation crédible ».

De plus, le Conseil de sécurité charge le secrétariat général de l'ONU, Ban Ki-moon, de travailler avec la CEDEAO et l'Union africaine pour présenter dans les 45 jours des « recommandations détaillées et applicables » pour une intervention armée.

Dans une seconde étape, vers la fin de l'année, le Conseil pourra donner le mandat pour le déploiement d'une force qui prendra plusieurs mois, car il faudra d'abord reconstituer l'armée malienne affaiblie par le coup d'État et une défaite militaire face aux rebelles dans le nord du pays.

Le Conseil de sécurité invite les pays membres de l'ONU et les organisations comme l'Union européenne à commencer à entraîner et équiper l'armée malienne et à « appuyer la lutte contre les groupes terroristes ». L'UE envisage l'envoi rapide de 150 instructeurs militaires.

Bamako a requis un mandat de l'ONU pour une « force militaire internationale » avec un déploiement au Mali de troupes ouest-africaines pour l'aider à reconquérir le nord. Peu de voisins du Mali se sont engagés fermement à contribuer à cette force qui pourrait comprendre 3000 hommes et son financement reste flou.

Le Conseil de sécurité réclame sans succès depuis six mois des détails sur les modalités de cette intervention.

Pour sa part, la France offrirait un « soutien logistique [...] mais pas d'hommes au sol ».

PLUS: