NOUVELLES

Hollande appelle à une réparation plus que morale de l'esclavage noir

12/10/2012 10:14 EDT | Actualisé 12/12/2012 05:12 EST

DAKAR, Sénégal - La réparation de la traite négrière ne doit pas être que morale, a estimé vendredi le président français François Hollande, parlant à Dakar d'un avenir à bâtir avec les pays africains.

«La réparation, elle n'est pas que morale, elle est aussi de savoir ce que nous voulons faire ensemble», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse commune avec son homologue sénégalais Macky Sall, au palais présidentiel à Dakar. «Est-ce que nous sommes capables ensemble de définir un développement partagé? C'est ce que nous faisons entre la France et le Sénégal», a-t-il poursuivi.

«Nous le faisons moins pour le passé que nous aurions à réparer, que pour l'avenir que nous avons à bâtir», a-t-il affirmé.

«Je m'honore d'avoir dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault une garde des Sceaux qui comme parlementaire a fait voter une loi reconnaissant l'esclavage comme un crime contre l'humanité», a souligné François Hollande, en référence à Christiane Taubira.

De son côté, Macky Sall a déclaré n'être «pas un militant du souvenir». «Je pense que l'Afrique doit regarder de l'avant», a-t-il ajouté, face à des fléaux comme la maladie, la malnutrition, les guerres. Le président sénégalais a souligné que sa préoccupation n'était certainement pas de réclamer des dédommagements pour l'Afrique. «Je pense que la reconnaissance morale devrait suffire», a-t-il dit.

François Hollande est arrivé vendredi en fin de matinée à Dakar, où il a été reçu par Macky Sall. Les deux dirigeants se sont entretenus en tête-à-tête au palais présidentiel.

François Hollande devait ensuite se rendre à l'Assemblée nationale pour y prononcer un discours, puis sur l'île de Gorée, devenue lieu de mémoire de la traite négrière.

PLUS:pc