NOUVELLES

Défilé militaire dans le sud du Soudan après une attaque rebelle

12/10/2012 03:51 EDT | Actualisé 12/12/2012 05:12 EST

L'armée soudanaise a fait une démonstration de force vendredi avec une parade à Kadougli, dans le sud du pays, ont rapporté des médias officiels après des bombardements rebelles sans précédent sur cette capitale de l'Etat du Kordofan-Sud.

Soldats, policiers, officiers des forces de sécurité et membres de la Force de défense populaire (milice paramilitaire) se sont joints à la parade de l'armée qui avait mobilisé pour l'occasion des chars, de l'artillerie et des hélicoptères, rapporte l'agence Suna.

"Nous parlerons avec ceux qui veulent la paix. Mais nous combattrons ceux qui veulent la guerre", a déclaré lors du défilé le gouverneur de cet Etat pétrolier, Ahmed Haroun, cité par l'agence.

Lundi, sept femmes et enfants avaient été tués et 22 personnes blessées dans des bombardements menés par les rebelles de la branche nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-Nord) à Kadougli, une ville contrôlée par Khartoum, avait indiqué le gouverneur.

Le porte-parole du SPLM-Nord Arnu Ngutulu Lodi avait lui affirmé à l'AFP que les rebelles regrettaient avoir fait des victimes civiles mais qu'ils agissaient en légitime défense.

Selon lui, les rebelles visaient l'armée soudanaise, en réaction à des bombardements menés plus tôt par les troupes de Khartoum, et les critiques sont disproportionnées par rapport aux "18 mois de tueries et d'atrocités" menées par le gouvernement depuis le début du conflit.

Les rebelles du SPLM-N ont combattu au côté des Sudistes pendant les deux décennies de guerre civile Nord/Sud qui ont abouti à la partition du Soudan en juillet 2011. Ils sont bien implantés au Kordofan-Sud et au Nil Bleu, deux Etats frontaliers du Soudan du Sud où Khartoum tente désormais d'asseoir son autorité.

L'attaque surprise de lundi est intervenue quelques jours après la signature par les deux pays d'une série d'accords sur la sécurité et la coopération, en particulier sur une zone démilitarisée le long de la frontière afin de couper les rebelles de part et d'autre de leurs soutiens de l'autre côté.

str-it/srm/vl/feb

PLUS:afp