NOUVELLES

Bahreïn: des manifestants chiites dispersés par la police (témoins)

12/10/2012 11:18 EDT | Actualisé 12/12/2012 05:12 EST

La police anti-émeute a fait usage de bombes lacrymogènes pour disperser vendredi des centaines de chiites qui ont tenté de défiler dans la capitale Manama, ont rapporté des témoins.

Les manifestants ont tenté de se rassembler dans plusieurs endroits de la capitale à l'appel du collectif du 14 février animé par des jeunes activistes chiites.

Certains ont scandé "le peuple veut la chute du gouvernement" avant d'être dispersés par les forces de l'ordre qui ont procédé, selon les témoins, à un nombre indéterminé d'interpellations.

Le ministère de l'Intérieur a indiqué sur son compte Twitter que des "saboteurs" ont jeté des cocktails Molotov en direction des forces de l'ordre qui sont intervenues pour rétablir l'ordre.

Une autre manifestation, à l'appel du Wefaq, le plus important groupes de l'opposition chiite, s'est déroulée, sans incident, sur une grande artère à l'ouest de la capitale.

Les milliers de manifestants ont manifesté derrière les drapeaux de Bahreïn et des banderoles proclamant "Arrêtez de verser notre sang", ont indiqué des témoins.

Les manifestations sont fréquentes les vendredis à Bahreïn qui est secoué depuis l'an dernier par un mouvement de contestation, animé par des chiites qui réclament une monarchie constitutionnelle dans ce petit royaume du Golfe à majorité chiite dirigé par une dynastie sunnite.

Selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), 80 personnes ont trouvé la mort depuis le début de la révolte.

Le ministère bahreïni de l'Intérieur a affirmé pour sa part que 700 personnes avaient été blessées, parmi lesquelles des officiers de police.

bur/mh/vl

PLUS:afp