NOUVELLES

USA: débat sur le meurtrier présumé de Fort Hood refusant de se raser

11/10/2012 07:35 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST

Avocat et procureur se sont affrontés jeudi sur la question de savoir si le psychiatre de l'armée américaine accusé d'avoir ouvert le feu en novembre 2009 sur la base de Fort Hood (Texas, sud) devait raser sa barbe pour comparaître devant la justice.

Le commandant Nidal Hasan, qui doit être jugé par une cour martiale et encourt la peine de mort pour l'attaque qui a causé la mort de 12 soldats et d'un civil et blessé 32 autres personnes, a été condamné à deux reprises cet été par un juge militaire à 1.000 dollars d'amende parce qu'il refusait de se raser.

Pour l'accusation, le port de la barbe viole les règles relatives à la tenue dans l'armée et le juge est dans son droit d'ordonner qu'il soit rasé de force.

"Cela revient à porter une pancarte sur laquelle est inscrit +allez vous faire f..., juge", a affirmé un procureur militaire, le capitaine Kenneth Borgnino, lors d'une audience devant le tribunal de Fort Belvoir (Virginie), selon qui c'est une "offense à l'uniforme, à l'armée, au jury et aux victimes".

Pour la défense, le juge militaire Gregory Gross abuse de son autorité en menaçant de rasage forcé.

Nidal Hasan, qui n'a pas assisté à l'audience, soutient qu'il a laissé pousser sa barbe en signe de dévotion à sa foi musulmane. Pour son avocat, le lieutenant-colonel Kris Poppe, la raser reviendrait à violer ses droits civiques.

ddl/mra/bdx

PLUS:afp