NOUVELLES

Syrie: Amnesty demande aux protagonistes de protéger leurs prisonniers

11/10/2012 12:39 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST

Amnesty International a appelé jeudi les protagonistes du conflit en Syrie, y compris les rebelles, à protéger leurs prisonniers et à s'abstenir de les torturer ou de leur faire subir des mauvais traitements.

Dans un communiqué, cette organisation de défense des droits de l'Homme explique avoir lancé cet appel en raison "des craintes pour la vie et l'intégrité physique des individus détenus par les deux côtés".

Selon Amnesty, les forces gouvernementales comme les rebelles "pratiquent la prise d'otages, les enlèvements, la torture, les mauvais traitements et les exécutions sommaires de détenus ou de personnes en captivité".

"Traiter les prisonniers comme des otages ou leur porter atteinte de quelque manière que ce soit constitue une violation des lois humanitaires internationales que toutes les parties impliquées dans un conflit armés doivent appliquer", rappelle l'organisation.

Citant les menaces proférées par des unités affiliées à l'Armée syrienne libre (ASL, rebelles) de tuer leurs otages iraniens, ou le sort de Libanais détenus par les rebelles, Amnesty souligne que "le fait que les violations des droits de l'Homme, notamment les crimes de guerres et les crimes contre l'humanité, soient bien plus importantes de la part des forces gouvernementales, ne justifient pas les abus commis par les groupes d'opposition".

En outre, Amnesty affirme avoir recensé 590 cas de personnes mortes en détention dans les geôles des autorités syriennes, dont beaucoup après des torture et des mauvais traitements, depuis le début de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad en mars 2011.

sk/ram/fc

PLUS:afp