NOUVELLES

Québec: comparution de l'auteur d'un attentat commis le jour des élections

11/10/2012 12:14 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST

L'auteur de l'attentat qui a fait un mort par balle à Montréal le 4 septembre, lors du discours de victoire de la nouvelle Première ministre du Québec, Pauline Marois, a comparu brièvement jeudi devant la justice, mais son procès a été ajourné au 7 décembre.

Richard Bain, un entrepreneur québécois anglophone de 62 ans, est apparu dans la salle d'audience avec une petite blessure saignante au front.

"Un gardien m'a poussé", a-t-il dit, sans qu'on puisse savoir si cet incident était survenu pendant son transport depuis la prison ou dans la prison elle-même.

Son avocate, Me Elfriede Duclervil a indiqué qu'elle allait demander immédiatement une enquête sur les circonstances de cet incident.

L'ajournement de l'audience a été décidé parce que toute la documentation n'a pas encore été fournie à la défense. Il s'agit notamment d'une interview de 38 minutes que M. Bain a donnée le 19 septembre par téléphone depuis la prison à une radio anglophone de Montréal, CJAD, et qui doit être entièrement transcrite.

La radio en a diffusé seulement quelques extraits, où M. Bain suggère que Montréal devienne une province séparée du reste du Québec afin d'améliorer les relations entre anglophones, francophones et allophones. Il aurait assuré, selon la radio, vouloir transmettre un message de Dieu.

Me Duclervil a indiqué qu'elle attendait de lire tous les documents avant de prendre une décision sur une éventuelle demande d'expertise psychiatrique.

Par ailleurs, le juge a accepté la demande de la défense de faire traduire tous les documents du procès en anglais.

Le soir des élections législatives de la province, M. Bain, armé et vêtu seulement d'une robe de chambre, avait tenté de pénétrer dans une salle de concert où la dirigeante du Parti Québécois Pauline Marois prononçait son discours de victoire. Lorsqu'il en a été empêché par un technicien, il a fait feu sur lui. La balle a tué l'homme et en a blessé un autre qui était derrière lui.

L'agresseur a ensuite tenté de mettre le feu à la salle de concert. Interpellé quelques instants plus tard, il a crié, avec un fort accent anglais: "Les Anglais se réveillent".

via/jl/lor

PLUS:afp