NOUVELLES

Pussy Riot: les juges défendent publiquement leur décision

11/10/2012 10:40 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST

MOSCOU - Les juges russes qui ont décidé mercredi du maintien en détention de deux membres du groupe russe punk Pussy Riot et de la libération de la troisième ont décidé de défendre publiquement leur décision jeudi, une pratique inhabituelle.

Les trois jeunes femmes avaient été condamnées à deux ans de camp pénitentiaire pour avoir chanté une «prière» anti-Poutine dans la principale cathédrale orthodoxe de Moscou.

«Il n'y a jamais eu la moindre pression à notre encontre dans cette affaire», a déclaré la juge Larissa Polyakova. «Le tribunal a pris en compte toutes les circonstances de l'affaire et le degré de danger pour la société et décidé que leur correction n'est possible qu'en les isolant de la société», a-t-elle ajouté, niant avoir dû tenir compte de la position du président Vladimir Poutine.

Celui-ci a récemment estimé que les sentences étaient justifiées et qu'il était «inadmissible de saper nos fondations morales, valeurs morales et d'essayer de détruire le pays». Des propos que les avocats de la défense ont dénoncé comme une pression présidentielle sur la cour d'appel.

L'affaire a suscité une indignation internationale, devenant le symbole de la répression de l'opposition sous le régime de Vladimir Poutine.

PLUS:pc