NOUVELLES

Des opposants à l'exploitation du gisement d'Old Harry veulent un moratoire

11/10/2012 10:54 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST
AP
FILE - In this Tuesday, April 27, 2010 file photo, An oil rig is seen in the Gulf of Mexico near the Chandeleur Islands, off the Southeastern tip of Louisiana. Energy companies have reoccupied nearly 400 of the production platforms in the Gulf of Mexico that were abandoned in advance of Hurricane Isaac, though oil production remains almost entirely shut down. Oil and gas workers began retaking the offshore sites Friday and federal officials on Saturday, Sept. 1, 2012 say that 377 of the 596 productions platforms have some staffing on them, up from just 97. (AP Photo/Gerald Herbert, File)

SYDNEY, N.-É. - Des groupes opposés à l'exploitation pétrolière et gazière dans le golfe du Saint-Laurent ont manifesté leur désaccord, jeudi, face à l'exploitation des hydrocarbures dans la région de l'Atlantique.

Ces écologistes ont profité de la tenue d'une audience publique de l'Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers, à Sydney, en Nouvelle-Écosse, pour réclamer un moratoire sur l'exploration pétrolière et gazière dans le Golfe.

Ces groupes ont aussi demandé au gouvernement fédéral d'abolir les commissions pétrolières provinciales composées de membres non élus.

Corridor Resources, une entreprise de Halifax, souhaite creuser un puits d'exploration dans la région d'Old Harry, dans le nord-est du golfe du Saint-Laurent. Old Harry contiendrait jusqu'à deux milliards de barils de pétrole, soit deux fois plus qu'Hibernia, à l'est de Saint-Jean, Terre-Neuve-et-Labrador.

Le pêcheur Herb Nash a déclaré qu'il s'inquiétait des impacts sur son industrie d'un éventuel déversement de pétrole.

Selon lui, toutes les provinces de l'Atlantique seraient touchées en cas de déversement. Il redoute tout particulièrement que le golfe du Saint-Laurent ne soit un jour le théâtre d'une catastrophe comme celle de la plate-forme Deepwater Horizon, qui avait déversé des millions de litres de pétrole en 2010 dans le golfe du Mexique.