NOUVELLES

Moscou et Damas outrés par l'interception d'un vol civil par la Turquie

11/10/2012 07:46 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST

L'ambassadeur de Russie en Turquie a été convoqué jeudi par le gouvernement turc après l'interception, mercredi, d'un avion de ligne syrien en provenance de Moscou soupçonné de transporter du matériel militaire à destination de Damas.

Le gouvernement russe, de son côté, accuse la Turquie d'avoir mis en danger la vie des passagers Russes qui se trouvaient à bord d'un Airbus A-320 de Syrian Arab Airlines qui a été contraint, mercredi soir, d'atterrir à Ankara par des chasseurs de l'aviation turque.

À Damas, le gouvernement syrien a pour sa part accusé la Turquie de piraterie aérienne.

Ankara a ordonné l'interception de l'avion syrien après avoir obtenu des renseignements signalant que l'appareil transportait une cargaison « non civile ».

Le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a répliqué qu'Ankara était dans son droit en interceptant l'avion dans son espace aérien s'il soupçonnait la présence de matériel militaire à bord.

L'ambassade de Russie à Ankara a protesté contre cet incident et a demandé des explications à la Turquie. D'après l'agence de presse russe Itar-TASS, qui cite un responsable russe de l'ambassade de Moscou en Turquie, la cargaison « ne venait pas de Russie ».

Des systèmes de communication et des pièces de missiles

L'appareil, qui a été forcé de se poser en sol turc, ne contenait par d'armes, selon les médias turcs, mais des systèmes de communication militaires et des pièces de missiles.

Selon les médias turcs, l'avion de passagers ne contenait par d'armes, mais des systèmes de communication militaires et des pièces de missiles.

L'avion a été retenu au sol pendant environ huit heures avant que les 37 passagers et membres d'équipage soient autorisés à poursuivre leur vol. La cargaison de l'appareil a toutefois été saisie par les autorités turques.

Moscou exige des réponses

La Turquie « a menacé la sécurité et la vie des passagers, dont 17 citoyens russes », a déploré le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexander Loukachevitch. Ankara a refusé que des responsables du consulat de Russie et un médecin rencontrent les passagers, qui ont été retenus à l'extérieur de l'aéroport pendant huit heures sans nourriture ni explication.

« La partie russe continue d'insister auprès des autorités turques pour qu'elles donnent une raison de ses agissements envers les citoyens russes, et les mesures qu'elles prendront pour éviter que cela se reproduise à l'avenir », a-t-il ajouté.

La tension entre la Syrie et la Turquie est très vive depuis la mort de cinq civils turcs tués la semaine dernière par des tirs d'obus syriens sur un village frontalier de Turquie. Des échanges d'artillerie de part et d'autre de la frontière se multiplient depuis.

PLUS: