NOUVELLES

Le Nobel de littérature est attribué à Mo Yan, peintre de la Chine contemporaine

11/10/2012 01:31 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST

STOCKHOLM - Le prix Nobel de littérature a été attribué jeudi à l'écrivain chinois Mo Yan qui, «avec un réalisme hallucinatoire, fusionne les légendes folkloriques, l'histoire et le contemporain», a souligné l'Académie suédoise.

Les médias chinois ont unanimement salué la victoire de Mo Yan, 57 ans, tandis que ses détracteurs lui ont reproché une nouvelle fois de ne pas affronter plus directement un gouvernement qui censure durement les artistes et punit ceux qui désobéissent.

La réaction enthousiaste en Chine contraste avec les vives critiques de Pékin quand le prix de littérature avait été attribué au Français d'origine chinoise Gao Xingjian, en 2000, et surtout quand le Nobel de la paix était allé au dissident emprisonné Liu Xiaobo, en 2010.

«Peu importe pour moi que je l'aie ou non (le Nobel). Je continuerai sur la voie que j'ai empruntée, les pieds sur terre, à décrire la vie des gens, leurs émotions, à écrire du point de vue des gens ordinaires», a déclaré Mo Yan, dans un entretien téléphonique avec la chaîne chinoise CCTV.

Né en 1955, Mo Yan, Guan Mo de son vrai nom, a grandi à Gaomi, dans la province de Shandong, dans le nord-est de la Chine, dans une famille de paysans. Pendant la Révolution culturelle chinoise, il quitte l'école à l'âge de 12 ans pour commencer à travailler dans l'agriculture, puis dans les usines.

En 1976, il rejoint l'Armée populaire de libération chinoise, commence à étudier la littérature et à écrire. Sa première nouvelle est publiée dans un magazine littéraire en 1981 et sa notoriété naît quelques années plus tard, avec la nouvelle «Le radis de cristal», publiée en 1986.

Dans ses écrits, Mo Yan met en scène les souvenirs de son enfance et l'environnement dans lequel il a grandi. Dans «Le clan du Sorgho» (1987), qui a connu un succès international, le romancier décrit la culture du banditisme, l'occupation japonaise et les conditions difficiles dans lesquelles vivaient les paysans les plus pauvres. Le roman est constitué de cinq histoires entrelacées et se déroule pendant plusieurs décennies agitées du XXe siècle, dans la province natale du romancier.

Adapté au cinéma par Zhang Yimou sous le titre «Le sorgho rouge», le film remporte en 1988 l'Ours d'or du meilleur film au festival de Berlin, renforçant un peu plus la popularité de Mo Yan.

Ses romans «La mélopée de l'ail paradisiaque» (1988) et «Le pays de l'alcool» (1992), dans lesquels il se livre à une critique acerbe de la société chinoise contemporaine, ont parfois été jugés subversifs. «La mélopée de l'ail paradisiaque» a d'ailleurs été interdit en Chine.

Écrivant sur les plaisirs intimes et les dilemmes de l'existence, Mo Yan a toujours dépeint des personnages vifs et expressifs. Affûtant son style littéraire au fil des années, il joue à multiplier les narrateurs et développe un style libre souvent appelé «réalisme magique».

Le roman «Beaux seins, belles fesses» (1996) constitue une large fresque historique de la Chine du XXe siècle vue à travers le microcosme d'une famille, alors que dans «La dure loi du karma» (2006), Mo Yan utilise l'humour noir pour décrire le quotidien et les violentes métamorphoses de la jeunesse de la République populaire. Le roman «Le supplice du santal» s'étend quant à lui sur la cruauté des humains et le déclin de l'empire. Le dernier roman du prix Nobel, «Grenouilles», évoque les conséquences de la politique de l'enfant unique dans la Chine contemporaine.

Mêlant sans complexe fiction et réalité, histoire et préoccupations sociales, Mo Yan a créé un univers multiple, rappelant celui de William Faulkner ou de Gabriel Garcia Marquez, puisant à la fois dans la littérature chinoise et la tradition orale.

Mo Yan a publié, en plus de ses romans, de nombreuses nouvelles courtes ainsi que des essais abordant des sujets variés. Malgré sa critique sans fard mais mesurée de la société chinoise, il est vu dans son pays natal comme l'un des plus grands auteurs contemporains.

PLUS:pc