Huffpost Canada Quebec qc

Exposition photo: «La crise sociale au Québec - 2012» (ENTREVUE / PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
EXPO08
Jean-Yves Ahern

Le photographe Jean-Yves Ahern présente à compter de jeudi son exposition photo sur les huit mois de crise sociale qui ont ébranlé le Québec, de février à septembre dernier. Vous pourrez y retrouver quelques-unes des images les plus marquantes du printemps érable à la Galerie Modulum, du 11 au 15 octobre prochain.

Témoin privilégié de 40 événements de la crise sociale au cours des huit derniers mois (grands rassemblements populaires des «22» du mois, manifestations nocturnes, conférences de presse des associations étudiantes, spectacles entourant les événements de contestations), Jean-Yves Ahern a eu l'idée d'une exposition lors du Jour de la Terre, le 22 avril dernier. «Ça faisait deux mois que les étudiants étaient en grève, mais ce jour-là, j'ai compris que le mouvement dépassait la question étudiante. L'idée de faire une exposition s'est confirmée à la fin juin, après les trois énormes manifestations qui avaient rassemblé plus de 100 000 personnes, voire 200 000. Je sentais que le Québec vivait un moment historique très fort et qu'il fallait faire quelque chose.»

Prenant pas moins de 15 000 photos pendant le conflit, Ahern a dû en sélectionner 45 pour l'exposition. «Je me concentre sur celles dont le message est clair et puissant, en m'assurant de traduire les moments émotifs les plus marquants des manifestations. Comme je fais du photojournalisme, je ne retouche pratiquement pas les photos.»

Dans le lot, vous pourrez voir ou revoir les images fortes de la manifestation en noir qui soulignait la mort de la démocratie avec l'adoption de la loi 78, les juristes qui ont marché pour la cause, les Mères solidaires et en colères, les joviales sœurs du Séminaire du Saint-Sacrement qui encourageaient les manifestants, les personnes âgées qui soutenaient leurs petits enfants en affichant le slogan «Têtes blanches, carrés rouges», l'image rageuse que les manifestants projetaient de Jean Charest, la photo d'un jeune homme sans jambes qui a décidé de marcher avec ses deux prothèses, des photos d'agressions de policiers et de manifestants (dont celles de Francis Grenier et Maxence Valade, qui ont tous deux perdu un œil pendant le conflit), ainsi que plusieurs photos des personnages humoristiques tels que l'Anarchopanda, la Banane rebelle et les Rabbit Crew.

«On peut dire que l'originalité des manifestants m'a permis de prendre de très belles photos. Il y avait quelque chose de spectaculaire pendant le conflit. Ce ne sont pas toutes les manifestations qui sont aussi intéressantes visuellement.»

Admettant volontiers que chaque photo est une prise de position, Jean-Yves Ahern affirme toutefois avoir évité de prendre parti. «Ce n'est pas une exposition pro-carrés rouges ou l'inverse. Étant donné que je baignais dans l'univers des étudiants, j'étais peut-être plus de leur côté, mais mon exposition n'est pas un manifeste antigouvernement. Je voulais surtout agir en tant que témoin d'un mouvement social.»

Exposition « La crise sociale au Québec - 2012 »
11 au 15 octobre - Galerie Modulum
3081 rue Ontario, salle 302 au 3e étage (à l'Est du viaduc de la rue Moreau)

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
«La crise sociale au Québec - 2012», Jean-Yves Ahern
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

La crise étudiante inspire

Crise étudiante: un prof de l'UQO arrêté réclame une enquête

La crise étudiante

Festivals : la crise étudiante n'a pas eu d'impact

Grève étudiante: le blogueur Pierre-Luc Brisson publie l'essai Après le printemps

Le Québec sous tension