NOUVELLES

Israël: seule la Russie peut stopper le programme nucléaire de l'Iran

11/10/2012 02:13 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST

Le Russie est le seul acteur international capable de stopper le programme nucléaire de l'Iran sans avoir à recourir à la force ou à des sanctions paralysantes, a déclaré jeudi le président du Parlement israélien, Réouven Rivlin.

"Seule la Russie est capable de stopper le programme nucléaire de l'Iran sans avoir à recourir à des sanctions ou à des moyens militaires", a déclaré M. Rivlin au ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, lors d'une visite à Moscou, selon ses déclarations rapportées par son bureau.

La Russie a "non seulement la possibilité, mais aussi le devoir" de profiter de ses liens étroits avec l'Iran pour convaincre Téhéran de renoncer à ses ambitions nucléaires, a-t-il ajouté.

Israël et la plus grande partie de la communauté internationale accusent l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert de programme civil, ce que Téhéran dément catégoriquement.

L'Etat hébreu, souvent présenté comme la seule puissance nucléaire au Proche-Orient, estime qu'une éventuelle arme atomique iranienne menacerait son existence et envisage des frappes contre les sites nucléaires iraniens.

Le ministère russe des Affaires étrangères a confirmé que cette question avait été abordée durant l'entretien de MM. Lavrov et Rivlin, sans toutefois révéler la teneur précise de la conversation.

"Les discussions ont porté sur un certain nombre de problèmes globaux et régionaux, y compris la lutte contre le terrorisme, la situation relative au programme nucléaire iranien et le projet visant à instaurer au Proche-Orient des zones où seraient interdites les armes de destruction massive", a indiqué le ministère.

Evoquant le conflit syrien, M. Rivlin a estimé que le soutien de la Russie au président Bachar al-Assad, qui tente depuis mars 2011 d'étouffer dans le sang une révolte de plus en plus militarisée, pourrait avoir un effet boomerang.

"Le soutien à Assad débouchera sur une situation qui fera que des armes non conventionnelles finiront par tomber aux mains d'organisations terroristes menaçant aussi la Russie", a-t-il affirmé.

bur-scw-chw/fc

PLUS:afp