NOUVELLES

Iran: affrontement avec des trafiquants près du Pakistan, cinq morts

11/10/2012 04:45 EDT | Actualisé 10/12/2012 05:12 EST

Trois garde-frontières iraniens ont été tués lors d'un accrochage armé à la frontière pakistanaise avec des trafiquants de drogue, dont deux ont été également tués, selon les médias iraniens citant jeudi un responsable local.

L'affrontement s'est déroulé lundi près de la localité de Koshtegan au Sistan-Balouchistan (sud-est), a déclaré le colonel Mehdi Mansourzadeh, commandant adjoint des garde-frontières de cette province frontalière du Pakistan.

Il a également indiqué que les forces de sécurité iraniennes avaient saisi au cours des six derniers mois 50 tonnes de drogues diverses dans les régions frontalières avec l'Afghanistan et le Pakistan.

L'Iran est l'une des principales voies d'acheminement de l'opium ou de l'héroïne en provenance d'Afghanistan, premier producteur mondial de drogue, qui entre directement par la frontière irano-afghane ou via le Pakistan.

Quelque 4.000 membres des forces de l'ordre ont été tués depuis 30 ans dans les régions frontalières de l'est de l'Iran lors d'affrontements avec des trafiquants, circulant souvent en convois très lourdement armés, selon les chiffres officiels iraniens.

Pour tenter de limiter ce trafic, les autorités ont progressivement érigé depuis 20 ans un "mur" sur une large part des 1.700 kilomètres de ces deux frontières, pour un coût estimé à 700 millions de dollars.

Importante route de transit de la drogue vers l'Europe et le Moyen-Orient, l'Iran en est aussi une victime directe, avec quelque deux millions de drogués dont 400.000 héroïnomanes pour une population de 75 millions, selon des estimations officielles.

Quelque 3.656 décès liés à l'usage de drogue ont été enregistrés lors de la dernière année iranienne (mars 2011/mars 2012), selon les chiffres officiels du ministère de la Santé.

Le trafic de drogue est puni de mort en Iran, où les trois-quarts des exécutions --plusieurs centaines par an-- concernent des trafiquants.

Alors que l'ONU rend régulièrement hommage à la lutte anti-drogue des autorités iraniennes, les Etats-Unis accusent certaines unités les Gardiens de la révolution, la garde prétorienne du régime, d'être impliqués dans le trafic de drogue.

Téhéran accuse régulièrement de son côté les services de renseignement israéliens d'encourager le trafic de drogue en Iran pour déstabiliser le pays.

bur-lma/feb

PLUS:afp