Boeuf contaminé: l'usine de XL Foods peut reprendre certaines activités

Publication: Mis à jour:
GROUND BEEF RECALL
Alamy

OTTAWA - L'usine albertaine au coeur du rappel massif de boeuf en raison d'une contamination à l'E. coli pourra reprendre une partie de ses activités.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a toutefois affirmé qu'aucun produit ne quittera l'usine de XL Foods à Brooks, en Alberta, avant que l'organisme fédéral n'ait approuvé sa réouverture complète.

L'usine a été fermée le 27 septembre dans le cadre d'un vaste rappel de ses produits de boeuf à travers le Canada et dans plus de 20 pays, dont les États-Unis.

Selon l'ACIA, l'usine a obtenu la permission de reprendre ses activités de transformation de la viande afin que les inspecteurs puissent vérifier que les mesures prises pour éliminer la bactérie E. coli ont été efficaces.

Harpreet Kochhar, un porte-parole de l'agence fédérale, a indiqué que l'usine avait été nettoyée et aseptisée, et que les problèmes de condensation, de drainage et d'accumulation de glace avaient aussi été réglés.

Les employés reprendront le travail sous le regard des inspecteurs, dont le nombre a été augmenté. Les carcasses de 5100 boeufs qui sont déjà à l'intérieur de l'usine seront dépecées, mais aucune autre bête ne sera abattue. Des tests pour retracer la bactérie E. coli ont été effectués sur les animaux morts, et 99 pour cent d'entre eux ne sont pas contaminés, a souligné M. Kochhar. «S'il arrive que les inspecteurs de l'ACIA relèvent des irrégularités en rapport avec les mesures d'hygiène, ils suspendront les activités aussitôt.»

La première ministre de l'Alberta, Alison Redford, a rejeté, jeudi, la demande du président du local 401 des Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce (TUAC), Doug O'Halloran, qui réclame une enquête publique.

Mme Redford a dit considérer plus important de comprendre ce qui s'est produit chez XL Foods. Selon elle, la province a besoin de travailler de concert avec le ministère fédéral de l'Agriculture, l'ACIA, XL Foods afin de trouver des façons d'améliorer les règles d'hygiène.

L'accent sera mis sur des mesures de contrôle plus sévères pour identifier la bactérie. Plus de tests seront effectués sur des échantillonnages et la surveillance de l'hygiène et de la propreté des lieux sera accrue.

La compagnie XL Foods est le deuxième plus important grossiste en viandes au pays et traite plus du tiers du boeuf au Canada.

Le directeur du secteur des viandes à l'ACIA, Richard Arsenault, a déclaré que ce qui s'est produit chez XL Foods doit servir de leçon pour l'avenir. L'agence fédérale n'abaissera pas les critères d'hygiène qui sont présentement en place à l'usine de Brooks. Le but est d'éliminer la présence de la bactérie E. coli de la viande. «Nous ne voulons pas que ce qui est arrivé se reproduise dans trois ou six mois.»

Selon le syndicat, les problèmes sont beaucoup plus profonds. Lors d'une conférence de presse, mercredi, le président des TUAC Canada, Doug O'Halloran, a fait état des conditions de travail des employés qui doivent souvent tourner les coins ronds afin de répondre aux exigences de rendement de l'entreprise. Ce qui a pour conséquence de mettre la santé des consommateurs de viande en danger.

Sur le web

E. coli infection can have long-term effects

XL Foods plant allowed to partially reopen

Canada Meat Recall: XL Foods To Re-Open Partially

XL Foods union calls for inquiry as E. coli cases hit 12

Union says XL Foods 'cannot self-regulate' as 12th case of E. coli confirmed

XL beef plant allowed to resume some operations

XL Foods union says quick pace at plant hurts cleanliness

XL Foods says beef contamination problems at Brooks plant are fixed

XL Foods union addresses food safety issues at news conference

Union calls for better training, slower pace at XL Foods (with video)

XL Foods responds to allegations of poor training and work conditions